samedi,4 décembre 2021
AccueilA La UneGabon : le SNEC entre en grève ce 04 mars lassé des...

Gabon : le SNEC entre en grève ce 04 mars lassé des promesses non tenues de Nkoghe Bekale

Ecouter cet article

C’est à travers une correspondance signée par Dacharly Mapangou de la Force de réflexion et d’actions pour l’Enseignement supérieur (Frapes) et Mathurin Ovono Ebe du Syndicat des enseignants-chercheurs (Snec-UOB) que les deux représentants des principales organisations syndicales de l’Université Omar Bongo ont notifié au rectorat, la suspension des activités à compter de ce mercredi 04 mars 2020. 

Les syndicalistes de l’université Omar Bongo imputent leur entrée en grève au Premier ministre Julien Nkoghe Bekale qui selon eux n’a pas tenu son engagement vis à vis du corps enseignant, notamment la promesse d’apurer intégralement  la dette des vacations qui varient entre un et trois ans d’un département à un autre au sein de cet établissement public en proie à des bras de fer réguliers avec l’Exécutif sur le paiement des primes et vacations de ses agents. 

Reconnaissant avoir fortement perturbé l’année universitaire 2018-2019 par un mouvement de grève des enseignants-chercheurs revendiquant entre autres le paiement des services rendus aux retraités, la régularisation des situations administratives et financières et l’apurement des arriérés des vacations, le Snec-UOB et la Frapes ont dénoncé le mutisme de Julien Nkoghe Bekale, qui leur avait pourtant promis « les yeux dans les yeux » une issue favorable lors d’une rencontre, en compagnie de quelques membres de son gouvernement, le lundi 14 octobre 2019. 

Julien Nkoghe Bekale, qui leur disait être « venu acheter la paix » par « les actes et non par les promesses », avait selon les syndicalistes Dacharly Mapangou et Mathurin Ovono Ebe  annoncé que son gouvernement procèdera à « l’apurement intégral de la dette des vacations avant le début des activités pédagogiques de l’année universitaire 2019-2020 ». Une parole qui « malheureusement n’est pas traduite en acte à ce jour », fustigent-ils.  

Pour faire entendre leur voix, comme c’est le seul langage auquel le gouvernement de Julien Nkoghe Bekale semble être réceptif, la Force de réflexion et d’actions pour l’Enseignement supérieur et le Syndicat des enseignants-chercheurs ont décidé  de la suspension des activités pédagogiques de l’année 2019-2020 à compter du mercredi 04 mars 2020.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop