mardi,20 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: le séjour sous haute pression d' Owono Mba à Washington

Gabon: le séjour sous haute pression d’ Owono Mba à Washington

Présent à Washington depuis le mardi 14 octobre dernier pour les assises des assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, le ministre de l’Economie, des Finances Roger Owono Mba aura la lourde tâche de porter la voix et les aspirations du Gabon. En attendant la décision du Conseil d’administration du FMI, le membre du gouvernement devra faire face aux experts de l’institution qui restent perplexesuite à leur dernière mission de consultation. 

Bien que l’équipe du Fonds monétaire international (FMI) conduite par Boileau Loko et qui a récemment séjourné à Libreville ait souligné, au sortir des consultations avec les autorités, que « l’économie se redresse lentement » et que « des progrès significatifs ont été réalisés dans les discussions avec les autorités sur les politiques économiques et financières », la situation reste néanmoins peu reluisante notamment pour les populations. 

En effet, conduisant une forte délégation gabonaise qui compte notamment sa ministre déléguée Justine Lekogo, Roger Owono Mba derva démontrer aux experts du FMI que le Gabon est capable de prendre « des mesures vigoureuses et entamer des réformes profondes pour améliorer la gouvernance ». Or, dans l’état actuel, le gouvernement qui est le moins performant en Afrique en matière de lutte contre la corruption, reste enclin à de nombreuses vicissitudes. 

Lire aussi : Le gouvernement gabonais est le moins performant dans la lutte contre la corruption selon l’AfroBaromètre 

Dans ce contexte, Roger Owono Mba devra non seulement prouver que le gouvernement est en mesure de créer un climat favorable au développement de l’environnement des affaires, mais aussi qu’il est capable d’accroître la mobilisation des recettes budgétaires et améliorer la gestion et l’efficacité des finances publiques. Ce qui nous ramène à la faiblesse des mécanismes de lutte contre la corruption. 

Avec déjà plus de 225 milliards de FCFA reçus au titre du Mécanisme élargi de crédit (MEDC) qui a été approuvé en juin 2017, le Gabon qui est engagé dans un Plan de relance de l’économie (PRE) considéré par bon nombre d’économistes comme une “érésie” et qui est un échec à mi parcours, devra donc apporter la garantie de la stabilité économique et financière pouvant permettre la conclusion des quatrième et cinquième revues du programme.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Street 103 Gabon Gmt