dimanche,1 novembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: le Seena opposé au transfert des classes de 6ème et 5ème...

Gabon: le Seena opposé au transfert des classes de 6ème et 5ème dans les établissements primaires

C’est à la faveur d’une déclaration le Samedi 26 septembre 2020 que le Syndicat des enseignants de l’Education nationale (Seena) a tenu à donner sa position sur le projet d’intégration des classes de 6e et 5e au sein des écoles primaires. Rappelant les dispositions contenues dans la loi n°21/2011 portant orientation générale de L’éducation, de la formation et de la recherche, Louis Patrick Mombo, secrétaire général dudit syndicat a dénoncé un « massacre » qui serait orchestré par le Pr. Patrick Mouguiama Daouda.

Alors que la reprise des activités pédagogiques et académiques dans le secteur de l’éducation nationale approche à grands pas, plusieurs aspects liés à son fonctionnement semblent n’avoir pas convaincu les partenaires sociaux. Au nombre de ceux-ci, l’intégration des classes de 6ème et 5ème dans les établissements d’enseignement primaire. Si cette mesure vise à désengorger les lycées et collèges, elle ne semble pas trouver l’assentiment du Syndicat des enseignants de l’Education nationale.

En effet, l’organisation syndicale dénonce un « massacre » du secteur de l’éducation par le ministre actuel le Pr. Patrick Mouguiama Daouda. « Quel est le projet du Ministère de l’Education Nationale qui veut ouvrir les classes de 6e  dans les écoles primaires et utiliser les personnels non qualifiés pour enseigner auxdits élèves ? Ce projet est illégal au regard des textes », a fustigé Louis Patrick Mombo.     

Ce dernier a rappelé les dispositions contenues dans la loi n°21/2011 portant orientation générale de L’éducation, de la formation et de la recherche notamment l’article 26 qui dispose que « l’enseignement primaire est assuré dans des écoles subdivisées en cycle préparatoire appelé classe de première année ; cycle élémentaire organisé en deux années : deuxième et troisième années; cycle moyen organisé en deux années : quatrième et cinquième années ».

Pour ce qui est de l’enseignement secondaire, l’article 29 de la même loi dispose également que «  l’enseignement secondaire est assuré dans les collèges et les lycées ».Toute chose qui rend perplexes l’ensemble des acteurs du secteur qui craignent que les apprenants soient perturbés par les rotations qu’ils auront à effectuer une fois passés en classe supérieure. Avec la proposition du ministère, il va sans dire que ces élèves devront regagner les lycées et collèges. Une gymnastique qui impose donc une réadaptation.

Face aux incohérences susmentionnées, le Seena a interpellé les autorités compétentes sur le danger qui guette l’éducation au Gabon. « Nous prenons de fait à témoin l’opinion nationale, et celle internationale ainsi que  les organismes liés à l’éducation à la culture, à  la formation, au sport et à la jeunesse du massacre qui se fait et persiste dans ce secteur », a conclu Louis Patrick Mombo. 

 

            

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion