dimanche,24 janvier 2021
Accueil A La Une Gabon: le secteur bancaire fait grise mine sous la pression de la...

Gabon: le secteur bancaire fait grise mine sous la pression de la Covid-19

Après une année 2019 marquée par un regain d’activités qui s’est soldé notamment par une hausse des ressources collectées de l’ordre de  1,6% à 2105,6 milliards de FCFA et une augmentation du nombre de clients bancarisés de 10,6%, le secteur bancaire gabonais fait grise mine à fin septembre 2020. Plombé par la crise liée à la Covid-19, celui-ci présente un total bilan en baisse de 1,4% à 2 656,4 milliards de FCFA.

A fin septembre 2020, les résultats du secteur bancaire national affichent une morosité à l’image de la majorité des autres secteurs de l’économie Gabonaise. Plombé par la crise économique qui a découllé de la pandémie de Covid-19 notamment, celui-ci présente un total bilan en baisse de 1,4% à 2 656,4 milliards de FCFA avec en point d’orgue une baisse des ressources collectées.

En effet, établies à 2141,8 milliards de FCFA à fin septembre 2019, les ressouces collectées se sont établies à 2 081,2 milliards de FCFA en glissement annuel représentant une regression de 2,8%. Une baisse principalement imputable à la baisse de 27,8% des dépôts publics, qui représentent 105,3 milliards de FCFA à fin septembre 2019 contre 145,9 milliards de FCFA un an plus tôt soit 5,1% du total des dépôts collectés contre 6,8% l’an dernier.

Si les dépôts du secteur privé non financier ont augmenté de 3% pour s’établir à 1 737,1milliards de FCFA à fin septembre 2020 contre 1 686,8 milliards de FCFA à fin septembre 2019, ils n’auront donc pas suffit à maintenir le niveau des ressources collectées d’il y a un an. Une situation qui a entraînée une baisse de 11,5% du niveau des crédits distribués, qui se sont situés à 1442,7 milliards de FCFA à fin septembre 2020 contre 1630,1 milliards de FCFA un an plus tôt.

Au contraire du secteur de la micro finance qui affiche des chiffres records avec notamment un niveau de fonds propres en hausse de 133,3% et une clientèle en hausse de 7,9% à 233430 personnes, le secteur bancaire classique fait donc grise mine. Une situation qui pourrait s’accentuer d’ici quelques mois au regard des restrictions liées à la nouvelle réglementation de changes en zone CEMAC.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Bestheinfusion