vendredi,27 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon: le secteur agricole parent pauvre de l'économie

Gabon: le secteur agricole parent pauvre de l’économie

Au coeur de l’économie des pays les moins avancés (PMA), le secteur agricole en représente une large part du produit intérieur brut (PIB), tout en employant une proportion significative de la population active. Néanmoins, au Gabon ce secteur est perçu comme le parent pauvre de l’économie, comme en témoignent les 6,5 milliards de Fcfa qui lui ont été alloués en 2018, et les 3,8% qu’il représente dans la formation du PIB.

Malgré une réserve importante de terres arables de l’ordre de 5,2 millions d’hectares et un climat propice à l’activité agricole marqué par une pluviométrie annuelle de 1450 à 4 000 mm, le Gabon est loin d’être un pays agricole. Ainsi, en dépit de ces importants atouts naturels pour le développement de sa production, le pays peine à en tirer profit, et les objectifs de réduction de la faim demeurent inatteignables.

En effet, alors qu’il représente une importante source de devises de l’ordre de 25 à 95% dans les trois quarts des PMA, au Gabon il ne cesse de décliner, la faute notamment à la manne que représente le secteur pétrolier qui n’incite pas à la diversification. Avec seulement 14% de la population en zone rurale, un système foncier défavorable, un coût de la main d’œuvre excessif et un manque d’infrastructures de commercialisation, de transformation et de financements, ce secteur est totalement laissé pour compte.

Si le lancement du programme Gabonaise des réalisations Agricoles et des Initiatives des nationaux Engagés (Graine) mené par la Sotrader suscitait de l’espoir, au regard de l’important soutien des bailleurs de fonds notamment la Banque africaine de développement (BAD) qui y a injecté plusieurs dizaine de milliards de Fcfa, les résultats restent mitigés. Conséquence, ce secteur reste encore peu développé, de même que le secteur de la pêche, bien que le Gabon dispose là aussi d’atouts importants : une façade maritime étendue (800 kms de littoral) et un large plateau continental (40 000 Km2).

Articulé autour de quatre types de cultures : maraîchères, vivrières, fruitières et de rente, le secteur agricole reste donc encore en deçà des attentes. Quant à la balance commerciale de produits agricoles et agroalimentaires, elle est encore structurellement déficitaire, malgré les bons chiffres de Olam Palm Gabon notamment. De plus, le Plan National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire et Nutritionnelle (PNIASAN) pour la période 2014-2020 adopté en 2014, est loin de répondre aux attentes à un an de son terme.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion