mercredi,2 décembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: le RPM met en garde contre le «recours à la force...

Gabon: le RPM met en garde contre le «recours à la force pour entraver l’ouverture des lieux de culte»

Le bras de fer perceptible entre l’Eglise catholique et le gouvernement au sujet des mesures restrictives prises dans le cadre de la réouverture des lieux de culte n’a pas fini de susciter des réactions au sein de l’opinion. La dernière en date est sans conteste celle du Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM) qui au cours d’une déclaration ce vendredi 23 octobre 2020 a tenu à mettre en garde le gouvernement contre toute velléité d’usage de la force à l’occasion de la réouverture décidée par les évêques. 

C’est par la voix de son président Alexandre Barro Chambrier que le RPM a tenu à réagir aux mesures prises par le gouvernement dans le cadre de la réouverture des lieux de culte. A cet effet, cette formation politique membre de la Coalition pour la nouvelle République a jugé incohérente la fixation par le gouvernement à 30 le nombre de personnes autorisées au cours des rassemblements alors que dans le même temps « il tolère la présence d’un nombre élevé de personnes dans les marchés, dans les hémicycles de l’Assemblée nationale et de gares, les aéroports, pour ne citer que ces exemples ».  

Poursuivant son propos, Alexandre Barro Chambrier a condamné l’immixtion du gouvernement dans l’organisation des cultes, en violation de la séparation entre l’État et l’église. Il en tient pour preuve l’injonction faite par le ministre de l’Intérieur Lambert Noël Matha dans l’organisation de la liturgie, la fixation à un jour par semaine le nombre de cultes, la suppression de l’eucharistie, sacrement essentiel du christianisme qui commémore et perpétue le sacrifice du Christ ou encore l’exigence faite aux fidèles de verser la dîme et des offrandes par voie électronique. 

« Nous rappelons que le Gabon est un état laïc et il ne doit sous aucun prétexte s’ingérer dans le fonctionnement des confessions religieuses qui, selon l’article 1er du titre préliminaire de la Constitution de la République gabonaise stipule qu’elles règlent et administrent toute indépendance leurs affaires », a-t-il martelé.

Tout en mettant en garde « le pouvoir en place contre toute velléité de recours à la force pour entraver l’ouverture des lieux de culte, le 25 octobre 2020 », le Rassemblement pour la patrie et la modernité a dit se tenir  « aux côtés des confessions religieuses et de leurs leaders (…)  dans la lutte pour le respect de leur indépendance, le libre exercice de leurs ministères ainsi que la libre pratique de leur foi dans leurs lieux de culte ». 

 

 

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion