Gabon: le RPM dénonce «l’accaparement» des richesses du pays par un groupuscule «d’incompétents sulfureux»

Gabon Gabonmediatime Alexandre Barro Chambrier Rpm
Le president du RPM Alexandre Barro Chambrier © D.R.

Dans une déclaration faite le 6 septembre dernier, le Rassemblement pour la Patrie et la Modernité (RPM) accuse un groupe de « profito-situationnistes à l’incompétence sulfureuse, mystificatrice et manipulatrice » de prendre le contrôle de tous les leviers de la conduite de l’Etat dans le but de détourner les deniers publics et de corrompre les Gabonais. Une déclaration qui intervient dans un contexte politique tendu.

Depuis l’évacuation d’Ali Bongo Ondimba après son accident vasculaire cérébral en octobre 2018, l’actualité gabonaise est éminemment politique et cristallise l’attention de l’opinion nationale, comme l’atteste la sortie du parti d’Alexandre barro Chambrier en fin de semaine dernière. En effet, dans une déclaration faite par son porte-parole  Pierre Ndong Meye, le RPM a dénoncé une confiscation du pouvoir par un groupuscule de personnes.

« Un quarteron de profito-situationnistes à l’incompétence sulfureuse, mystificatrice et manipulatrice, s’est accaparé tous les leviers de la conduite de l’Etat aux fins de prévarication, de distraction des ressources nationales et de distribution de prébendes aux copains et coquins », a déclaré le porte-parole du parti.

Pour le parti dirigé par Alexandre Barro Chambrier, cet accaparement des leviers de la conduite de l’Etat ternit l’image du Gabon. Mieux encore, le RPM estime que cette situation est le fruit de l’omerta autour de l’état de santé du président de la République, en plus de l’obsession pour la communication présidentielle et gouvernementale de rendre tabou ce sujet.

Une situation qui aurait pour corollaire l’accentuation des dysfonctionnements et des dérives de toutes sortes dans la gestion de la chose publique, constate le RPM. Le parti en conclut que le pays est dirigé par ce petit groupe de personnes et non par le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, ouvrant ainsi la voie à toutes sortes d’abus et errements.

Laissez votre commentaire