mercredi,14 avril 2021
AccueilA La UneGabon: le ROSCEVAC dénonce l'opacité autour des fonds issus de l'initiative CAFI

Gabon: le ROSCEVAC dénonce l’opacité autour des fonds issus de l’initiative CAFI

Réunis ce vendredi 24 décembre autour de leur président Nicaise Moulombi, les responsables du Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC), a mis en exergue un certain nombre de difficultés relatives notamment à la mise en œuvre de politiques sectorielles. Plaidant pour un arrêt systématique du « trafic de bois », le ROSCEVAC est par la suite revenu sur l’opacité qui entoure les fonds mobilisés dans le cadre de l’initiative CAFI.

Très actif dans le domaine de la préservation des forêts et les initiatives liées au développement durable, le Réseau des Organisations de la Société Civile pour l’Economie Verte en Afrique Centrale (ROSCEVAC) vient une nouvelle fois de tirer la sonnette d’alarme. Au cours d’une cérémonie présidée par son principal responsable Nicaise Moulombi, l’organe a insisté sur la nécessité de la transparence autour de la gouvernance des ressources naturelles.

En effet, constatant pour le déplorer, les difficultés de mise en oeuvre du cadre de conception et d’évaluation des politiques publiques relatives au secteur agricole avec en toile de fond l’exploitation forestière,  le ROSCEVAC a notamment insisté sur l’urgence pour le conseil  présidentiel, « d’arrêter le trafic de bois ». Un trafic ponctué l’an dernier par un scandale portant sur l’affaire de la disparition des 353 conteneurs au port d’Owendo. 

Outre ce trafic mis en exergue, le ROSCEVAC a également pointé du doigt « l’absence des fonds mobilisés par le ministre des Eaux et Forêts dans la loi des finances 2021 », mais également « l’opacité autour des fonds issus de l’initiative CAFI sur les forêts d’Afrique centrale ». Toutes choses rendant difficiles les différentes missions du Gabon en faveur de l’Initiative pour Transparence des Industries Extractives (ITIE). 

Entre « faiblesse de la gouvernance, corruption et conflits d’intérêts dans les ministères sectoriels », le ROSCEVAC a donc insisté sur la nécessité d’une implication de l’exécutif et notamment du chef de l’État pour « ramener la sérénité et rétablir la confiance des partenaires ». A noter également le haro du ROSCEVAC sur l’opération de récupération des bois abandonnés qui révèle « délinquance forestière et vol à ciel ouvert ».

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Bestheinfusion