dimanche,20 septembre 2020
Accueil Derniers articles Gabon : Le ROLBG exige un audit des régies financières dont les...

Gabon : Le ROLBG exige un audit des régies financières dont les dirigeants ont été récemment limogés

Le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG), est monté au créneau après que le Conseil ministre du 7 novembre 2019 eut décidé de l’éviction des dirigeants des entreprises publiques pour exiger que des audits soient réalisés dans ces entreprises.     

C’est en vertu des principes de la bonne  gouvernance et de la nécessité pour chaque dirigeants de présenter au terme de leur gestion au sein de l’entreprise, des comptes équilibrés, que Georges Mpaga, le président du Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) a estimé que soit délivrée aux ex dirigeants une obligation de rendre des comptes. C’est l’essence du message qui ressort de son intervention. « Dans la cadre de son opération (corruption zéro) lancée en début d’année, visant à lutter contre la corruption et la criminalité financière au sein du gouvernement et des institutions de l’Etat, le ROLBG appelle le gouvernement actuel, dirigé par  Julien Nkoghe Bekale à procéder sans délai à des Audits des compagnies publiques gérées par les amis de l’ancien Directeur de Cabinet du Président de la République, Brice Laccruche Alihanga », a t-on pu lire. 

Non sans nommément citer le entreprises concernées,  La Gabon Oil Company, la CNAMGS, la CNSS, la SOGARA, la Société Equatoriale des Mines, la Société d’Energie et d’Eau du Gabon, le ROLBG fait prévaloir des velléités de corruption et malversations sur lesdites entreprises « d’avoir versé des pots de vin, corrompu  à grande échelle citoyens dans le but criminel de les asservir et  servi de caisses mafieuses pour alimenter les campagnes électorales du PDG, parti au pouvoir  et de l’AJEV y compris la corruption politique, l’achat des consciences et le clientélisme »

A l’heure où l’Etat par le truchement de son Premier ministre, Julien Nkoghe Bekale, s’est lancé dans une démarche visant à convaincre les bailleurs de fonds et la investisseurs internationaux, Georges Mpaga et le ROLBG estiment que la corruption et le détournements sont des freins à cette volonté.  « Plus que jamais, le gouvernement à l’obligation de convaincre la communauté nationale et les bailleurs de fonds internationaux quant à sa  réelle volonté à combattre la corruption, un fléau endémique, responsable de tous les maux dont souffre notre pays dont les responsabilités touchent directement le régime gabonais dans toutes les composantes » déclarait-il.  

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Street 103 Gabon Gmt