Gabon: le rétropédalage du gouvernement sur les critères d’attribution des bourses

Les membres du gouvernement Nkoghe Bekale face à Ali Bongo © D.R

Alors que la grogne des élèves et parents d’élèves contre la mesure gouvernementale visant à modifier les critères d’attribution des bourses s’intensifie, avec notamment le soutien de plusieurs syndicats et personnalités du pays, le gouvernement vient en filigrane de faire un rétropédalage. Ainsi, au sortir d’un conseil interministériel ce jeudi, le gouvernement a annoncé qu’il rencontrera les différents acteurs « dans un proche avenir » pour étudier «  l’ensemble des modalités » d’attribution dans l’enseignement général.

« Mensonge d’Etat » pour Dynamique Unitaire, « Mauvaise foi» pour le Syndicat de l’Education Nationale (SENA), les superlatifs ne manquent pas pour qualifier la nouvelle mesure gouvernementale visant à modifier les critères d’attribution des bourses. Face à cette grogne aussi bien des élèves, des parents d’élèves et des syndicats, le gouvernement Nkoghe Bekale a donc fait une série d’annonces.

En effet, c’est au sortir d’un conseil interministériel ce jeudi présidé par le chef du gouvernement, qu’a été décidé entre autres, de  « fixer à 27 ans l’âge limite d’obtention de la bourse pour les bacs techniques ». Cette décision qui s’inscrit sous forme de « rétropédalage » de la part du gouvernement, a été appuyée par une autre décision non moins importante,  qui sera de « rencontrer les différents acteurs dans un proche avenir pour étudier l’ensemble des modalités pour la bourse d’études des élèves de l’enseignement général ».

En s’insurgeant contre ces nouvelles mesures d’attribution des bourses, le Sena et Dynamique Unitaire qui indiquaient notamment, qu’« aucun texte de loi adopté, tant sur l’organisation et la préparation du Baccalauréat que sur les modalités d’attribution de la bourse d’études après le Bac, ne fait allusion aux préalables de l’âge de 19 ans ou de l’obtention d’une moyenne d’au moins 12/20 » ces deux syndicats en appui aux revendications des élèves, auront donc forcé le gouvernement à « courber l’échine » sur cette décision.

Si pour le moment l’adoption définitive de cette mesure est suspendue à ladite « rencontre », entre le gouvernement et « les différents acteurs », il est difficile d’imaginer l’équipe Nkoghe Bekale, aller jusqu’au bout de cette réforme déjà  très largement « impopulaire ».  

Laissez votre commentaire