jeudi,26 novembre 2020
Accueil A La Une Gabon : le retour en grace de Julien Nkoghe Bekale

Gabon : le retour en grace de Julien Nkoghe Bekale

L’opinion faisait planer sur lui une présomption de fragilité, mieux d’inconsistance voire d’incompétence. D’aucuns à la salive fielleuse ont alimenté la rumeur selon laquelle le costume de Premier ministre, Chef du gouvernement était bien trop grand pour lui. Ce jeudi 8 novembre 2019, à la faveur d’un énième remaniement ministériel, l’homme fort de Ntoum a pris l’opinion à contre pied en montrant que loin des ouïe-dire et des racontars, il demeure du moins pour l’instant, le vrai numéro deux de l’exécutif. 

L’art du contre pied en politique est une faculté que n’acquièrent que les plus aguerris. Il semblerait que pour l’heure, le Premier ministre, chef du gouvernement, Julien Nkoghe Bekale s’en est approprié les principes. Longtemps raillé pour son mutisme et son côté inoffensif, le natif de l’Estuaire  s’est montré particulièrement habile et un tantinet pugnace quelques semaines avant ce conseil de ministre dont les résolutions importantes, en même temps qu’elles ont surpris et secoué l’opinion, ont également rehaussé le crédit de celui qui conduit la politique globale de l’Etat. 

L’une des sorties récentes de Julien Nkoghe Bekale ayant marqué les esprits est celle effectuée sur la Task force relative à l’amélioration des performances et de la gouvernance du système de santé et de protection sociale. Devant un parterre de responsables de la santé y compris de son ministre de tutelle Max Limoukou, le Premier ministre n’y est pas allé de main morte. 

Lire aussi : Gabon: Julien Nkoghe Bekale en passe d’être viré de la Primature ?  

Vertement, il a réprimandé les fonctionnaires du ministère de la santé estimant que ces derniers souillaient les  prétextes de la pratique par leur attitudes déviantes et anti-professionnelles. « Nous avons des médecins à l’hôpital général qui sont des médecins fonctionnaires mais qui ne travaillent pas pour le serment d’Hippocrate qu’ils ont prononcé, ils sont dans leurs cliniques privées et ils sont payés à la fin du mois ».

Dans le même esprit, le Chef du gouvernement, visiblement remonté, a tapé du  poing sur la table en exigeant des médecins plus de rigueur, et surtout du professionnel auquel cas, il serait remercié avec les mesures d’accompagnement qui s’y imposent. « Celui qui ne veut pas, il part, il va travailler ailleurs, s’il est fonctionnaire on coupe son salaire, ça a assez duré. La récréation doit terminer dans le secteur de la santé », avait-il prévenu.

Lire aussi : Gabon : énième réaménagement technique du gouvernement Nkoghe Bekale II 

La dernière action et c’est peutêtre la plus importante, caractéristique du retour en grâce de Julien Nkoghe Bekale, reste l’entrée dans l’équipe gouvernementale de deux de ses poulains. D’abord celle de Hugues Mbadinga Madiya parachuté Ministre des Transports, de l’Equipement, des Infrastructures et des Travaux Publics, en remplacement de l’ex tout puissant membre du gouvernement, Justin Ndoundangoye. Cet ancien directeur général de la dette était avant cette nomination, ni plus ni moins que le directeur de cabinet de Julien Nkoghe Bekale. 

A cette première nominations viennent se greffer celles de Gisèle Akoghet, Ntoutoume Essonne, Ministre délégué auprès du ministère de l’Emploi, de la fonction publique, du Travail et de la Formation professionnel chargé du Dialogue social et ancienne député du 2e siège du 5e arrondissement de Libreville puis l’entrée en tant que Ministre Délégué auprès du Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur, de la Justice, Garde des Sceaux de Christian Menvie M’Obame et  député Parti démocratique gabonais (PDG du 1er siège du département du Komo-Kango (Kango). Tous deux sont des proches et des poulains de l’actuel chef du gouvernement. 

Lire aussi : Gabon: le recadrage raffiné de Nkoghe Bekale à Laccruche Alihanga  

Nous pouvons donc nous avancer, sans risque de nous tromper, que le dernier remaniement ministériel, consacre le renforcement des pouvoirs du Premier ministre Chef du gouvernement Julien Nkoghe Bekale au sommet de l’Etat, dont la patte à l’issue de ce rémaniement technique du gouvernement se présume d’ellemême. Cependant, ce retour en grace de Julien Nkoghe Bekale semble lui avoir fait obtenir la latitude et les pleins pouvoirs au point de s’octroyer la liberté de promouvoir dans le même gouvernement des personnalités issus de son clan ethnique les « Essibekang », pire des personnalités avec lesquelles il a un lien familiale. 

Alors Hasard ou coïncidence ? Franklin Delano Roosevelt, trente deuxième Président des Etats Unis et promoteur du New Deal nous a enseigné que le hasard en politique n’est que chimère et utopie « En politique, rien n’arrive par hasard. Chaque fois qu’un élément survient, on peut être certain qu’il avait été prévu pour se dérouler ainsi » disait-il. Nous y reviendrons.

Laissez votre commentaire

Henriette Lembethttp://gabonmediatime.com/
Journaliste Le temps est une donnée fatale à laquelle rien ne résiste...
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion