Gabon: Le PSGE, c’est plus de 11 000 milliards pour des résultats proches du néant!

Ali Bongo Ondimba © D.R

La Grande Vision Nationale chère au Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, a nécessité pour sa mise en orbite des fonds à l’image du projet symbolisé par le Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE), c’est à dire des moyens colossaux. La mesure adoptée en Conseil des Ministres ce 26 février 2019 visant à supprimer  le bureau de Coordination, organe du reste, au coeur de la planification avec les différents ministères de la mise en oeuvre du plan précité, nous invite à nous interroger sur l’utilisation des budgets alloués pour un projet au final abandonné par son initiateur.    



Pour doter le Gabon d’infrastructures modernes, le Gabon a investi des sommes à la mesure de la vision que dégageait le PSGE. Dans une interview accordée au Bimestriel le Monde de Demain, le chef de l’Etat soulignait avoir  « …  engagé un budget d’investissements de 500 milliards de F.CFA sur 2011 – 2012… Dans le cadre de notre schéma directeur national d’infrastructures, nous avons identifié 189 projets qui s’inscrivent dans 21 grands programmes. Le budget d’investissement est estimé à 10 000 milliards de F.CFA sur la période 2012 – 2016 ».

A ce budget vient se greffer, un apport de la Banque Africaine de développement (BAD) de 811 milliards sur la période 2016 à 2020. La directrice régionale pour l’Afrique de la BAD, Marlène Kanga, déclarait à l’époque que la diversification de l’économie restait la priorité mais surtout que « Cette nouvelle stratégie de partenariat reflète l’engagement de la Banque à soutenir la mise en œuvre accélérée de la stratégie Gabon émergent à l’horizon 2025…».

A travers cette enveloppe la BAD apportait son soutien au Gabon dans le dessein de l’accompagner vers le développement de son secteur agricole. En outre, cette contribution de la BAD avait pour objet de contribuer à l’amélioration de l’emploi chez les jeunes et l’essor de la protection sociale.  

Autant dire qu’aucun des secteurs susmentionnés n’a été frappé par les bienfaits tant vantés par PSGE car le chômage croissant des jeunes est l’une des causes de l’insécurité, la sécurité sociale brille par son inefficacité et le secteur agricole depuis le leurre du projet graine ne s’illustre que par son inertie. En tout, ce sont un peu plus de 11 000 milliards de Fcfa débloqués pour matérialiser le Plan Stratégique Gabon Emergent pour au final aucun résultat probant.  

Laissez votre commentaire