Gabon: Le PSD condamne le coup d’Etat manqué du 7 janvier

Ce jeudi 10 janvier dernier, la présidente déléguée du Parti social démocrate (PSD), Albertine Maganga Moussavou s’est exprimée devant la presse nationale et internationale au siège de sa formation politique sis à Ancienne Sobraga dans le 2e arrondissement de la commune de Libreville. Au cours de cette communication, la numéro 2 du PSD a condamné avec fermeté le coup de force orchestré le 7 janvier 2018, par une dizaine d’agents appartenant au Mouvement patriotique des jeunes des forces de défense et de sécurité du Gabon (MPJFDS), sous le contrôle du lieutenant Kelly Ondo Obiang.


Au cours de sa déclaration, Albertine Maganga Moussavou est revenue sur l’idéologie de sa formation politique qui trouve son socle dans le respect des principes universels des droits de l’Hommes et des libertés fondamentales, gage d’une assurance de bien-être à chaque Gabonais et démocratie.  « Le PSD dont l’idéologie repose sur la justice sociale, et l’équité, recherche également le développement harmonieux et équilibré de notre pays », at-elle déclaré.

Le PSD a par la même occasion  condamné le coup d’Etat manqué du lundi 7 janvier dernier qui selon Albertine Maganga Moussavou, « représente un recul inacceptable dans la recherche du renforcement de l’Etat de droit et de la démocratie à laquelle notre pays aspire depuis la conférence nationale», a-t-elle poursuivi.

L’oratrice est cependant revenue brièvement sur la question de l’intolérance qui anime les fils et les filles de son pays. A cet, effet elle a indiqué que « l’intolérance de l’autre entraîne les excès et les excès entraînent la violence, la contre violence avec sa cohorte de morts et de destruction de biens» .

C’est en invitant les uns et les autres à une véritable prise de conscience pour relever les défis auxquels le Gabon doit faire face que l’épouse du Vice-Président de la République gabonaise a terminé son allocution.  « Nous ne pourrons pas relever tous ces défis sans la paix, la cohésion et la participation de tous », at-elle conclu.

Laissez votre commentaire