dimanche,18 avril 2021
AccueilA La UneGabon: le programme GRAINE, un nouvel échec à mettre au passif de...

Gabon: le programme GRAINE, un nouvel échec à mettre au passif de l’exécutif?

Censé contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et la diversification de l’économie gabonaise par la promotion des cultures  industrielles et vivrières, le programme GRAINE (Gabonaise des Réalisations Agricoles et des Initiatives des Nationaux Engagés) peine jusque-là à offrir des résultats probants. Pis, selon le résultat d’une étude menée par le Fonds mondial pour la nature (WWF), près de 750 coopératives agricoles sur les 843 créées sont aujourd’hui inactives.

Financé par l’État gabonais, Olam International et les bailleurs de fonds dont la Banque Africaine de développement (BAD), la Gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine) qui a pourtant bénéficié d’une enveloppe cumulée de 880 milliards sur la période 2015-2025 dont 276,8 milliards de francs CFA déjà mobilisés, est aujourd’hui dans le creux de la vague. Entre sa difficile mise en œuvre et des difficultés structurelles, ce programme n’a abouti jusque-là qu’à des résultats mitigés.

Alors qu’il était censé pallier l’absence d’une politique agricole clairement définie, ce programme lancé en 2014 n’a pas encore été en mesure de développer cette filière qui ne contribue pour l’instant qu’à hauteur de 6% à la création de richesses dans le pays. Mieux, un peu plus de cinq ans après son lancement, le programme GRAINE a vu quasiment 90% des coopératives qui y ont été créées devenir progressivement inactives.

En effet, comme le suggère une étude menée par le Fonds mondial pour la nature (WWF), près de 750 coopératives agricoles sur les 843 créées ont mis la clé sous le paillasson. Créées dans les provinces de la Ngounié et la Nyanga, ces coopératives paient donc « la non-maîtrise du principe coopératif par les membres, le manque d’autonomisation des coopérants à l’utilisation des équipements de production agricole. Toutes choses qui les fragilisent » comme l’a souligné le Pr Cyrille Bergaly Kamdem, consultant WWF, en présentant les conclusions dudit rapport.

Accusant également le coup d’un exode rural devenu au fil des ans un problème majeur pour le secteur rural, ce programme GRAINE, à l’image des nombreux programmes lancés par l’exécutif depuis une dizaine d’années dont le dernier en date (PRE 2017-2020) fut un échec retentissant, n’a donc jusque-là, pas été en mesure de résorber voire réduire le déficit structurel dans le domaine agricole. Or, au regard des sommes faramineuses consenties pour son déploiement, des résultats probants étaient fortement attendus

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Bestheinfusion