Gabon: le prêt étudiant, la nouvelle trouvaille du gouvernement pour ne plus verser de bourse aux étudiants

Les membres du Gouvernement en Conseil des ministres présidé par Ali Bongo Ondimba © D.R

Annoncé lors du conseil interministériel du 27 mars dernier, le gouvernement a lors du conseil des ministres de ce 29 mars décidé d’apporter des innovations en matière d’attribution de bourses. Ainsi, il est desormais institué le principe de « prêt de bourses aux étudiants » qui, selon le communiqué final du conseil, a pour objectif d’adapter les conditions d’attribution des bourses aux évolutions économiques actuelles.



Cette réforme initiée par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et du Transfert des technologies, englobe un certain nombre de conditions d’attribution, de transfert, de suspension, de suppression, d’orientation, de réorientation de bourses, ainsi que les modalités de prise en charge par l’Etat, d’allocation et de prêt de bourses aux étudiants. Le présent projet de décret a pour but d’adapter les conditions d’attribution des bourses aux évolutions économiques actuelles.

Ainsi, l’âge de l’élève est desormais fixé à 19 ans au plus au moment de la demande. L’octroi de la bourse est desormais assujetti à  l’obtention du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent reconnu par l’Etat gabonais, avec une moyenne générale supérieure ou égale à 12/20 à l’examen.

Autre innovation proposée par Jean de Dieu Moukagni Iwangou « l’allocation qui est une prise en charge financière partielle pour les études supérieures accordée au mérite, aux étudiants en dépassement des conditions d’âge, remplissant les critères de moyenne, et optant pour une orientation libre dans les établissements reconnus au Gabon ».

L’une des principales est la mise en place du « prêt étudiant » qui est une aide financière remboursable pendant cinq ans, obtenu auprès d’une banque ayant accepté un dossier présenté par l’Agence Nationale des Bourses du Gabon, sous la garantie conjointe de l’Etat et de la famille consentie aux étudiants remplissant les conditions de mérite en dépassement d’âge, ou optant pour une orientation libre dans les établissements reconnus au Gabon.  

Cette dernière mesure ne manquera pas de susciter des interrogations au vue du niveau de revenu des étudiants et des familles gabonaises. Mais la question qui semble essentielle est celle du niveau d’implication des banques lorsqu’on sait qu’il est quasi difficile même pour les travailleurs d’obtenir un prêt auprès de ces établissements.

Laissez votre commentaire