Gabon: «Le pouvoir Bongo-PDG ne propose aux jeunes que bordelerie, goudronnerie, chômage»

Bruno Ben Moubamba, président de l'ACR © D.R

Longtemps resté en retrait, l’ancien Vice-premier ministre Bruno Ben Moubamba n’as pas perdu sa verve et son ton provoquant. Analysant semble-t-il les derniers développements de l’actualité politique du pays, il a une fois de plus tiré à boulets rouges sur le pouvoir incarné par le Parti démocratique gabonais (PDG).

Dans une publication sur son compte Facebook datée de ce dimanche 6 mai, le président de l’Alliance pour le changement et la restauration (ACR), promoteur des concepts le «Gabon d’après» et de la «République En Course», a jeté un regard critique sur la situation sociale du pays et plus particulièrement sur la jeunesse gabonaise.

Lors de son footing dominical, il a indiqué avoir «voulu passer devant le bar des jeunes au Tropicana à Libreville», qui selon lui est «le symbole d’une jeunesse sans espérance en l’avenir». Il faut noter que cette endroit est l’un des lieux de retrouvailles les plus en vogue de la capitale, où se côtoient toutes sortes de vices.

«Le pouvoir Bongo-PDG ne propose qu’un seul triptyque aux jeunes, bordelerie (sexe) goudronnerie (banditisme) chômage. Nous sommes en train de brûler les dernières cartes d’une évolution positive du Gabon», a-t-il martelé.

Laissez votre commentaire