Gabon: le PLC dénonce une théâtralisation scandaleuse des institutions de la République

Dans un communiqué daté de ce mardi 15 janvier 2019, signé de son secrétaire exécutif, Anges Kevin Nzigou le parti d’opposition Pour le changement (PLC) a réagi aux événements qui ont ponctué cette journée, notamment la cérémonie de prestation de serment des membres du gouvernement devant le président de la République mais aussi l’annulation du Conseil des ministres qui devait se tenir ce jour, dénonçant «une théâtralisation scandaleuse et terriblement inquiétante des institutions de la République ».


Pour Le Changement a tout d’abord fait le constat que le Conseil des ministres annoncé ce mardi 15 janvier 2019, juste après « la prestation de serment furtive du gouvernement témoignage devant le président de la République formel et en présence de la Cour Constitutionnelle réellement au service d’un clan », n’a pas eu lieu avant de déplorer « une instrumentalisation des institutions de la République au profit d’une logique de conservation stérile du pouvoir ».

Estimant que la communication sur la journée de ce mardi 15 janvier 2019 avait pour but de « normaliser le pouvoir usurpé » n’aura été « en réalité qu’une provocation de plus » et une « théâtralisation scandaleuse et terriblement inquiétante des institutions de la République » qui selon le secrétaire exécutif du PLC « doit interroger chaque Gabonais ». Comparant les deux premières cérémonies de prestation de serment; Anges Kevin Nzigou explique que ladite comparaison est « suffisamment éloquente pour démontrer l’incapacité de monsieur Ali Bongo à assumer la fonction du Président de la République. Lors de la première prestation, organisée sous son inspiration, Ali Bongo avait un rôle actif, il est affligeant de noter le rôle profondément passif joué ce 15 janvier 2019 ».

Le PLC ne manque pas de dénoncer « un nouveau coup de boutoir qui vient s’ajouter à la déjà trop longue liste des motifs qui justifierait une vacance du pouvoir »,  ce coup poursuit-il « s’inscrit dans la démarche irresponsable et non moins scandaleuse des tenants des institutions qui confisquent la souveraineté du peuple gabonais avec une nouvelle équipe gouvernementale composée des mêmes et résolue à trahir la nation pour les intérêts du clan ».

Par ailleurs, ce jeune parti de l’opposition « invite les Gabonais à se réveiller », estimant que « le constat de la situation du pays après plus de deux mois de vacance du pouvoir présidentiel et l’incapacité flagrante du pouvoir à être à la hauteur des valeurs de la République, fait reposer la solution de sortie de crise sur l’engagement actif du peuple gabonais » tout en marquant « sa disponibilité à être au service du peuple et de toute action pour le respect de la souveraineté populaire et l’intérêt de la Nation ».

Laissez votre commentaire