Gabon: le nouveau gouvernement a solennellement juré «loyauté» à Ali Bongo !

Le gouvernement Issoze Ngondet III a officiellement juré «loyauté» à Ali Bongo © D.R

Trois jours après avoir été nommés par décret présidentiel, sur proposition du Premier ministre, les 40 autres membres du gouvernement, conduits par Emmanuel Issoze Ngondet, ont prêté serment, ce lundi 7 mai 2018, devant le Chef de l’État, Ali Bongo Ondimba, en présence des membres de la Cour constitutionnelle, comme le prévoit la nouvelle Constitution.

C’est à l’occasion d’une cérémonie solennelle, qui s’est tenue ce lundi matin, que les membres du gouvernement Issoze Ngondet III, sous le regard de la présidente  de la Cour constitutionnelle, Marie Madeleine Mborantsouo, ont officiellement prêté serment devant Ali Bongo Ondimba.

Conformément aux dispositions de l’article 15 de la nouvelle Constitution gabonaise, les 41 membres du gouvernement, ont tour à tour prêté serment, en tête desquels, le Premier ministre Chef du gouvernement. Ces derniers, ont solennellement juré au président de la République de faire preuve de «loyauté» à son égard, et de «discrétion» quant aux dossiers dont ils auront la charge, et cela même après leur départ dudit gouvernement.

Avec 33% de femmes, le gouvernement Issoze Ngondet III était, en effet, très attendu. Ce dernier a vu l’entrée, de certains membres de la société civile et de opposant, jadis, réfractaires au régime Ali Bongo. Parmi ceux-ci, Moukagni Iwangou, actuel ministre d’État, ministre de l’Enseignement supérieur, qui a esté Ali Bongo devant la Cour pénale internationale (CPI), et Marie Madeleine Mborantsuo devant la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite. Ce qui ne l’a pourtant pas empêché, après la présentation de serment, d’échanger poignée de main et sourires avec les deux mis en cause.

A la suite de cette prestation solennelle de serment, le gouvernement se réunira en Conseil des ministres, autour du président de la République à la salle habituelle du Palais du Bord de mer, pour fixer le cap de cette équipe dite de transition, qui a pour principale mission l’organisation des élections législatives.