mardi,1 décembre 2020
Accueil A La Une Gabon: le mutisme de Bounda Balonzi sur l'impraticabilité des routes

Gabon: le mutisme de Bounda Balonzi sur l’impraticabilité des routes

Alors qu’il avait promis aux populations une réhabilitation à court terme des voiries urbaines du « Grand Libreville » il y a un peu plus de deux ans, l’exécutif se mure aujourd’hui dans un silence assourdissant concernant cette priorité de développement. Et pour cause, malgré 50,6 milliards de FCFA décaissés en 2019 pour l’entretien routier comme le révèle le rapport d’exécution budgétaire, plus de 85 % des routes secondaires de la capitale gabonaise sont en mauvais état et sont de moins en moins praticables en saison des pluies.

100,4 milliards de FCFA, c’est le montant supposément alloué aussi bien à l’achat des bus de la société TRANSNAT (TransUrb) et à l’entretien des voiries de l’intérieur du pays notamment. Dans ce montant global, ce sont pas moins de 50,6 milliards de FCFA qui ont supposément été alloués au « programme de réhabilitation des voiries de Libreville et ses environs » au quatrième trismestre 2019. Or, dans les faits, ces mêmes voiries urbaines demeurent dans un état de délabrement avancé.

En effet, malgré les nombreuses assurances des autorités gabonaises notamment celles des membres du gouvernement dont Léon Armel Bounda Balonzi en charge du « ciel et de la terre », rien n’y fait. Les routes gabonaises sont de moins en moins praticables, davantage encore du fait des pluies diluviennes qui ont débuté depuis quelques semaines. Résultat, les populations se retrouvent une fois encore à la merci des inondations et autres difficultés en tous genres.

Avec à ce jour plus de 80 % des routes sans revêtement en mauvais état, plus de 85 % des routes secondaires de la capitale gabonaise en très mauvais état et de moins en moins praticable pendant la saison des pluies, c’est toute une problématique qui refait surface. Problématique à laquelle s’ajoute celle de l’endettement puisque les 50,6 milliards de FCFA décaissés pour la seule année 2019, tiennent principalement d’un financement extérieur de l’Anglais UKEF et de l’Espagnol Santander.

A l’image donc de zones comme celles de Melen-Bizango-Rail ou encore Beau séjour-Bissengué-Bangoss (en piteux état depuis plus de 15 ans), et bien d’autres, c’est l’ensemble des voiries urbaines du « Grand Libreville » qu’il faut réhabiliter. Or, dans le contexte actuel, le gouvernement semble se camoufler derrière le « Grand projet Transgabonaise » qui n’a pourtant dans sa structure, rien à voir avec le projet de réhabilitation des voiries urbaines de Libreville. Aux abonnés absents, Bounda Balonzi est donc très attendu pour améliorer le quotidien des Gabonais.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion