Gabon : le ministre de la Santé dément les rumeurs sur des bébés nés sur des chaises au CHUL

Gabon Gabonmediatime Max Limoukou
Max Limoukou ministre de la Santé © D.R.

Depuis quelques jours déjà, une photographie présentant des bébés d’à peine quelques jours allongés sur des chaises provoque sur les réseaux sociaux une vague d’indignations. Selon certaines rumeurs, ces derniers seraient nés sur des chaises au Centre Hospitalier Universitaire de Libreville (CHUL). Face à ce qu’il considère comme des « allégations totalement mensongères et calomnieuses », Le ministre en charge de la Santé Max Limoukou a tenu à travers un communiqué rendu public ce 19 octobre, à apporter un démenti formel.


Une image présentant des bébés supposés nés au CHUL sur des chaises et, circulant sur les réseaux sociaux fait grand bruit à Libreville. Suite à ces rumeurs sans fondement, le ministre de tutelle a dû monter au créneau. C’est par le biais d’un communiqué de presse parvenu à Gabon Media Time, que le membre du gouvernement a tenu à informer l’opinion publique qu’il ne s’agit pas d’une image prise au sein de cette structure hospitalière.

Ainsi, pour faire la lumière sur cette affaire, le Dr Max Limoukou a effectué des visites inopinées au sein des services de maternité de certaines structures hospitalières. Du CHUL, en passant par le  Centre Hospitalier Universitaire Mère et Enfant Fondation Jeanne Ebori et à l’hôpital de la coopération sino-gabonaise, le constat a été le même. « De ces visites, il en ressort que ces allégations sont totalement mensongères et calomnieuses. », précise le communiqué.

« Les publications qui circulent sur les réseaux sociaux sont absolument dénuées de tout fondement et sont de nature à porter atteinte à la réputation du ministère de la Santé en général et du CHUL en particulier », a soutenu Max Limoukou. Se voulant rassurant, il n’a pas manqué d’appeler à la vigilance et demandé à la population « de ne pas prendre en considération ces accusations mensongères et diffamatoires à l’égard du CHUL ».

Laissez votre commentaire