mardi,27 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon: Le lycée Paul Kouya et Kanal 7 réquisitionnés par l’Etat et...

Gabon: Le lycée Paul Kouya et Kanal 7 réquisitionnés par l’Etat et laissés à l’abandon

Passés sous la gestion de l’Etat gabonais par la procédure du transfert de propriété, l’établissement secondaire lycée Paul Kouya et la prometteuse chaîne de télévision Kanal 7 agonisent, pour ne pas dire meurent du fait de l’inactivité de l’Etat qui avait acquis la propriété puis la gestion desdites structures jadis sainement gérées par l’ancien trésorier payeur-général Blaise Louembe. 

L’initiative de l’Etat était pourtant louable. En transférant la propriété de la chaîne Kanal 7, de Blaise Louembe à l’Etat par le truchement de son ministre de la communication de l’époque, un certain Alain Claude Bilie-By-Nze, il était question de réorganiser la chaîne en l’intégrant aussi bien dans le giron du groupe Gabon télévision qu’en changeant sa thématique. Une thématique désormais articulée autour des questions culturelles et environnementales. 

Le projet ambitieux et encourageant s’est transformé en cauchemar pour les employés comme le rapporte l’hebdomadaire la Loupe dans sa parution du mercredi 23 octobre 2019 n°428. Selon ce média, la chaîne Kanal 7 s’est étrangement évanouie dans le paysage politique gabonais. N’émettant plus, plusieurs employés ont été débauchés par le groupe Gabon Television, d’autres en attente d’affectation quand les derniers subissent  injustement les affres du chômage. Le gouvernement par le biais du ministre de la Communication a ainsi mis entre parenthèses l’épanouissement professionnel de plusieurs compatriotes par la négligence et son incapacité à mener un projet à son terme. 

Le même schéma s’est reproduit à Koulamoutou pour le Lycée Paul Kouya, du nom du père de l’ancien ministre de l’Economie, des Finances, du Budget et de la Privatisation Blaise Louembe. Là aussi, l’Etat en aurait acquis la propriété. Seulement sous les mains de celui-ci, cet établissement va cesser ses activités en raison de la gestion scabreuse de l’Etat laquelle fin 2017 cumulait déjà auprès des enseignants 7 mois d’arriérés de salaires

A l’heure où le déficit d’établissements secondaires dans tout le Gabon est une problématique majeure de la gouvernance d’Ali Bongo, faire fermer pour incapacité de gestion un lycée prometteur qui plus est scientifique, quand on sait que ces établissements n’abondent pas au Gabon peut être considéré comme un crime pour la jeunesse de Koulamoutou et plus globalement de celle du Gabon.                 

Laissez votre commentaire

Pharel Boukikahttp://gabonmediatime.com/
Titulaire d'une Licence en Communication, d'une Licence en Economie et Gestion et d'un Master en droit Privé, mon appétence pour le journalisme est mise en exergue au quotidien à travers mes analyses sur Gabon Media Time dont je suis le Rédacteur en Chef.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion