Gabon: le «je serai toujours là» d’Ali Bongo contraint-il Jean Ping à sortir de son silence?

Jean Ping Gabon Gabonmediatime
Jean Ping, leader de la Coalition pour la nouvelle République © D.R.

Inaudible et silencieux depuis sa dernière sortie à l’occasion de son discours à la Nation du 17 août 2019, Jean Ping prendra la parole ce samedi 12 octobre à l’Hôtel Triomphal où il fera une déclaration de presse. Une initiative qui curieusement, intervient après la déclaration de Nzeng Ayong, où dans un langage aux visées à peine voilées, Ali Bongo Ondimba, réaffirme son intention de rester au pouvoir au moins jusqu’en 2023. 

Elles sont très attendues, et la plupart du temps porteuses d’espoir, mais au final toutes uniformes, empreintes de dénonciation et remplies de récrimination, sans prise de décision ni véritable action fondatrice. Elles, ce sont les sorties ou les déclarations de Jean Ping, candidat malheureux à l’élection présidentielle de 2016, qui n’a de cesse de réclamer sa victoire et de promettre à ses partisans le fauteuil du bord de mer. 

Celui qui se fait appeler le  « Le président élu du Gabon » se soumettra une fois de plus à cet exercice ce samedi à Libreville où il s’adressera au peuple gabonais à la faveur d’une déclaration de presse. Une sortie certes importante mais plus forcément attendue ou espérée, au regard de la monotonie du discours du Président de la Coalition pour la nouvelle République. De quoi va donc parler Jean Ping? Quel sujet peut-il pousser le stratège silencieux et illisible à sortir de son inaltérable mutisme? 

L’on peut s’avancer avec non moins de certitude que les derniers événements politiques dans notre pays, sont les raisons principales qui ont contraint la natif d’omboué, à sortir de sa réserve. A ce titre, la tournée du Directeur de cabinet de la Présidence de la République dans l’hinterland s’est achevée par l’Estuaire avec son meeting de clôture au stade de Nzeng-Ayong. Controversée et polémiste notamment sur la nature de la tournée, « républicaine » pour certains, Brice Laccruche Alihanga s’est illustré pour la clôture de cette tournée par sa maxime devenue virale « celui qui boude, bouge ». Une déclaration interprétée de diverses façons par l’opinion. D’aucuns y voyant un recadrage, d’autres par contre, un affront, une avanie qui n’est pas de nature à prôner l’unité des fils et filles du pays. 

Le dernier élément et non des moindres, est le message lancé par le chef de l’Etat, Ali Bongo Ondimba, dans lequel à travers son « je serai toujours là », il informe, sur de lui,  l’opinion et partant ses adversaires qu’il n’est pas prêt à quitter, qu’il ne comptait pas le faire et qu’il recouvre petit à petit sa santé, raison principale évoquée par l’opposition qui n’a eu de cesse depuis son accident vasculaire cérébrale du 24 octobre 2018, de réclamer la vacance de pouvoir. Et ces propos d’Ali Bongo Ondimba ne sont pas tombés dans les oreilles de sourds face à l’opposition et de Jean Ping encore plus. 

Samedi, le peuple gabonais saura pourquoi Jean Ping s’exprimera, lui qui adepte du silence, gère avec parcimonie ses sorties et ses déclarations.

Laissez votre commentaire