samedi,27 novembre 2021
AccueilDerniers articlesGabon : le groupe de travail de l'ONU demande la libération «immédiate»...

Gabon : le groupe de travail de l’ONU demande la libération «immédiate» de Magloire Ngambia

Ecouter cet article

Le cas de l’ancien ministre de la Promotion des investissements, Magloire Ngambia, Placé en détention depuis janvier 2017, a été au centre des discussion du groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire. Dans un avis de novembre 2019 rendu public ce 28 janvier 2020, cet organisme mandaté par l’ONU regroupant des experts indépendants des droits humains a jugé la privation de liberté de l’ancien membre du gouvernement arbitraire demandant qu’il soit libéré « immédiatement ». 

Examinant le cas de l’ancien ministre de la Promotion des Investissements, des Travaux publics, des Transports, de l’Habitat, de l’Urbanisme et de l’Aménagement du territoire le groupe de travail sur la détention arbitraire du conseil des droits de l’Homme  de l’ONU a relevé que sa détention viole la déclaration universelle des droits de l’Homme, le pacte international relatif aux droits civils et politiques et la charte africaine des droits de l’Homme et des peuples.

Interpellé depuis janvier 2017, Magloire Ngambia est accusé de détournements de fonds publics et de corruption passive, dans des dossiers de construction de logements et de routes notamment liés à l’homme d’affaires italien Guido Santullo, devant la Cour criminelle spéciale. Preuve du caractère arbitraire de sa détention, ce dernier n’a jamais quitté les geôles de la prison centrale contrairement à ses supposés co-détenus notamment Mohamed  Ait Ben Ali, Landry Oyaya, Rodrigue Bongo Rodrigue qui eux ont bénéficié de liberté d’office, provisoire et de relaxe.

Face à cette situation et aux allégations de torture et de mauvais traitements dont il aurait fait l’objet « le groupe de travail estime que (…) la mesure appropriée consisterait à libérer immédiatement M. Ngambia et à lui accorder le droit d’obtenir réparation, notamment sous la forme d’une indemnisation », conclut l’ONU dans son avis.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop