vendredi,23 juillet 2021
AccueilA La UneGabon: le gouverneur du Woleu-Ntem appelle la police et la gendarmerie à...

Gabon: le gouverneur du Woleu-Ntem appelle la police et la gendarmerie à stopper le racket

Ecouter cet article

Face au phénomène de rackette qui continue de susciter un tollé auprès des usagers de la route et même auprès des opérateurs économiques, le gouverneur de la province du Woleu-Ntem, Jules Djeki, a décidé de prendre le taureau par les cornes.  A cet effet, il a sommé les forces de sécurité et de défense, souvent impliquées dans ces faits, d’y mettre un terme. 

C’est au cours d’une réunion qu’il a présidée le 05 janvier dernier que le gouverneur de la province a tenu à interpeller les responsables des forces de l’ordre sur le phénomène de racket, accentué ces dernières années par la multiplication pour le moins incompréhensible des postes de contrôle dans la région. Une réunion à laquelle ont pris part les responsables de la police, de la gendarmerie, de l’Armée de terre, de la Direction générale des recherches (DGR), de la  Direction générale des Contre-Ingérences et de la Sécurité militaire autrement appelée B2 ou encore de  l’Office central de lutte antidrogue (Oclad). 

Objectif sensibiliser sur ces comportements déviants qui ternissent l’image des forces de sécurité et de défense surtout dans une province aussi sensible que le septentrion frontalière a d’autre pays de la sous-région. « Il me revient en permanence un constat de certaines pratiques irrégulières et répréhensibles des forces de sécurité et de défense dans le Woleu-Ntem. Nous avons alors attiré l’attention de leurs hiérarchies respectives afin que ces pratiques cessent dans les meilleurs délais », a martelé Jules Djeki. 

Lors de son intervention, il n’a d’ailleurs pas manqué de condamner la multiplication des postes de contrôle qui selon lui contribue à pérenniser cette pratique mais ne participe pas à rendre efficaces les missions des Forces de sécurité et de défense. Pour y mettre un terme le gouverneur du Woleu-Ntem a suggéré aux chefs des corps « la mise en place des postes mixtes et des postes mobiles » pour atténuer les plaintes récurrentes des automobilistes, transporteurs de marchandises et autres usagers.

Laissez votre commentaire

Lauris Pembahttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en droit Public, je suis passionnée par le journalisme depuis des années. J'anime l'actualité au quotidien sur GMT depuis son lancement en juillet 2016.