Gabon: le gouvernement veut développer la filière aurifère

Emmanuel Issoze Ngondet et Christian Magnagna © D.R

C’est à la faveur d’une journée nationale dédiée à l’Or, organisée le vendredi 6 juillet, dans un hôtel de Libreville, sous le thème «Faire de la filière Or, la nouvelle pépite de l’Économie Gabonaise», que les autorités gabonaises en tête desquelles le premier ministre Emmanuel Issoze Ngondet et le ministre des mines Christian Magnagna, ont posé les jalons de ce que le gouvernement entend faire de ladite filière à moyen et à long terme.

Détaillant la stratégie nationale pour ce secteur, Christian Magnagna a souligné la volonté du gouvernement de faire de l’or un vecteur de création de richesses. Misant sur la constitution de réserves d’or avec le concours de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC), le gouvernement espère faire de cette ressource considérée comme «une substance stratégique», un moteur de l’économie.

L’ambition du gouvernement est de parvenir à «dessiner» une nouvelle physionomie pour le développement durable de la filière aurifère afin qu’elle ait un impact, à la fois sur les centres urbains et les zones rurales. «C’est donc un défi important pour notre pays, en quête de diversification des ressources budgétaires publiques», a déclaré Emmanuel Issoze Ngondet, lors de son discours de circonstance.

Le ministre des Mines pour sa part a vue en cette première journée nationale de l’or, «un message d’espérance et d’optimisme au regard du potentiel aurifère du Gabon, qui représente un espoir non-négligeable de l’économie nationale», surtout que le premier semestre de l’année 2018 a confirmé le regain d’intérêt des investisseurs ce précieux métal après une longue période de désamour. «Le Gabon devra profiter de ce contexte favorable. Mais cela passe par l’adoption des politiques et des législations stimulantes pour les investisseurs, tout en préservant l’écosystème national», a-t-il poursuivi.

Pour rappel, l’or est exploité au Gabon depuis les années 30, ce n’est qu’en 2016 que le président Ali Bongo Ondimba a souhaité en faire une substance stratégique de l’économie nationale. Cette volonté du chef de l’Etat a été matérialisée par un décret pris en 2017, définissant les nouvelles conditions d’exploitation et de traçabilité des opérations relatives à ce produit, ainsi que les prérogatives de l’Etat. La journée nationale de l’Or qui devrait se tenir chaque année s’inscrit elle aussi dans la logique de sa promotion.

Laissez votre commentaire