Gabon: le gouvernement suspend les activités de pêche et de commercialisation de poissons à Lambaréné et Ndjolé

Gabon Gabonmediatime 13 (40)
Le ministre de l’Agriculture de l’Élevage de la Pêche et de l’Alimentation Biendi Maganga Moussavou © GMT

La mort mystérieuse de poissons à Lambaréné relayée par les journaux le 20 juillet dernier a fait réagir le gouvernement. Le ministre de l’Agriculture de l’Élevage de la Pêche et de l’Alimentation a annoncé ce lundi 22 juillet, dans la soirée, qu’une mission sectorielle s’est déployée sur le terrain. Les premières observations de la mission ont permis au gouvernement de décider de la suspension des activités de pêche et de commercialisation du poisson provenant des zones identifiées durant quinze jours.



Après lecture du rapport technique de l’Agence nationale des parcs nationaux (ANPN) sur l’observation de poissons morts sur l’Ogooué, le gouvernement s’est réuni sur instruction du Premier ministre Julien Nkoghe Bekale. Cette rencontre a permis à Biendi Maganga Moussavou, ministre de l’Agriculture, de l’Élevage, de la Pêche et de l’Alimentation d’annoncer la mise sur pied d’une mission sectorielle qui a pour objectif d’analyser la situation, afin d’en déterminer les causes et d’évaluer les risques potentiels.

Si les causes de ces décès ne sont pas encore élucidées, iI en ressort que la zone touchée par cette pollution va de Ndjolé à Lambaréné, particulièrement dans l’Abanga (lacs N’Guéné et Nzoughé) et en amont de l’embouchure de l’Ykoye (Ngounié), précise Biendi Maganga Moussavou. En revanche, la carpe semble être la seule famille de poisson touchée par ces morts mystérieuses.

Pour éviter que la situation n’échappe à son contrôle, le gouvernement a mobilisé toutes les administrations, les entités scientifiques et techniques, afin que des prélèvements de l’eau et du poisson soient faites en vue d’une analyse approfondie. « Par principe de précaution, le gouvernement décide de la suspension des activités de pêche et de commercialisation du poisson provenant des zones identifiées durant quinze jours à compter de la publication du présent communiqué », précise Biendi Maganga Moussavou.

Le ministre de la Pêche a tenu à souligner qu’aucune autre espèce animale n’a été retrouvée morte depuis la découverte de cette affaire. Aussi, les services sanitaires n’ont relevé aucune évolution anormale de cas d’intoxication. Les populations sont invitées à s’abstenir de consommer les poissons retrouvés morts et à collaborer avec les équipes présentes sur le terrain.

Laissez votre commentaire