mercredi,28 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon : le gouvernement sabote les travaux d'aménagement des voiries de Moanda

Gabon : le gouvernement sabote les travaux d’aménagement des voiries de Moanda

L’arrêt depuis plusieurs semaines, des travaux d’aménagement des voiries urbaines de la commune de Moanda dans la province du Haut-Ogooué initiés par la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) suscite depuis peu, suspicions et interrogations au sein de l’opinion. Une situation pour le moins curieuse qui, selon certaines indiscrétions dans la ville minière, serait le fait des agissements particulièrement étranges de certains départements ministériels qui de façon un tantinet illégale, feraient obstruction à la poursuite dudit chantier attribué après appel d’offres à la Société gabonaise des travaux publics (SGTP). 

Fruit d’une collaboration entre l’Etat gabonais et le groupe Comilog-Eramet, les travaux d’aménagement des voiries de Moanda s’inscrivent dans le cadre du Plan triennal de responsabilité sociétale et environnementale. Des travaux qui visent l’amélioration des conditions de vie des populations de cette ville minière en proie, ces dernières années, à un réseau routier particulièrement défectueux et accidenté. Une ambition qui semble ne pas être partagée par le gouvernement, qui par l’entremise des ministères en charge de la Valorisation des ressources minières et celui des Travaux publics s’activeraient de façon pernicieuse à faire échec à ce projet d’intérêt  général.  

Lire aussi: Moanda: Nkoghe Bekale lance les travaux de réhabilitation des voiries urbaines 

En effet, l’entreprise adjudicataire, la Société gabonaise de transport public (SGTP), travaillant pourtant de concert avec les services techniques du ministère des Travaux publics, fait depuis peu l’objet d’une forme de sabotage. L’origine de cet imbroglio serait née des difficultés rencontrées par l’entreprise en charge de la livraison des graviers, matériaux indispensables en matière de BTP, Sinohydro Corporation LTD. 

Dans une correspondance datée du 23 septembre 2019 que Gabon Media Time a pu consulter, Sinohydro Corporation LTD informe son partenaire la SGTP de son incapacité de poursuivre la livraison du gravier industriel, matériel indispensable à la poursuite des travaux. Pour cause, Sinohydro ferait l’objet de contrôles intempestifs du ministère des Mines qui exige un permis de vente sur lesdits matériaux alors qu’ils sont sa propriété puisqu’ils ont été stocké dans le cadre de « la réalisation du projet d’aménagement de la route Moanda-Bakoumba financé par le fonds d’entretien routier » en 2013 entre le ministère des Travaux publics et Sinohydro Corporation LTD. 

Lire aussi: Gabon : Aménagement des voiries de Moanda, qu’est ce qui bloque ? 

Les travaux ayant été arrêtés en 2015, l’entreprise disposait encore d’un grand stock de graviers, qu’elle avait dès lors décidé de livrer à SGTP. C’était sans compter sur les incohérences du ministère des Mines qui par le biais d’une correspondance datée du 24 septembre 2019, adressée à Sinohydro, s’opposera catégoriquement à la rétrocession dudit gravier pour la poursuite des travaux de voiries de Moanda. « Lesdits agrégats, ont été élaborés avec l’autorisation du Ministère des Mines, pour les besoins spécifiques du marché public d’aménagement de la route Moanda-Bakoumba. En dehors ou à l’expiration du marché public concerné, les résidus d’agrégats reviennent de plein droit dans le domaine public », martèle le directeur de la subdivision du Haut-Ogooué, Yvon Oterigui. 

Une position très curieuse, qui suscite des interrogations au sein des populations de Moanda, dont la grogne et les prémices d’une fronde populaire sont de plus en plus perceptible. Le gravier destiné à la route Moanda-Bakoumba est-il inutilisable pour les travaux d’aménagement des voiries urbaines de Moanda ? Surtout que les travaux pour lesquels ce gravier a été stockés sont à l’arrêt depuis 4 ans. 

En préférant garder lesdits agrégats sans utilisation, le département des Mines a-t-il conscience du tort causé aux populations qui avaient grand espoir de voir aboutir ces travaux pour l’amélioration de leurs conditions de vie? Autant de questionnements qui mériteraient  des éclaircissements de la part des ministères concernés qui saisis par la rédaction de Gabon Media Time, brillent par leur mutisme. En attendant, les populations de Moanda, soit près de 30 mille âme subissent en ce début de saison des pluies la boue et les inondations.  A suivre. 

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion