jeudi,16 septembre 2021
AccueilA La UneGabon: le gouvernement revisite les conditions d’éligibilité du président de la République

Gabon: le gouvernement revisite les conditions d’éligibilité du président de la République

Ecouter cet article

Le Conseil des ministres a adopté, le lundi 13 septembre dernier, le projet d’ordonnance portant loi organique relative à l’éligibilité du Président de la République. Ledit texte prévoit, en substance, que seuls « les Gabonais des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques et ayant résidé sans discontinuité sur le territoire national au moins six mois chaque année, au cours des deux dernières années précédant l’élection » pourront désormais se porter candidat.

C’est au cours du dernier conseil des ministres qui s’est déroulé à la salle habituelle, ce lundi 13 septembre dernier, que le ministre des relations avec les institutions constitutionnelles et les autorités administratives indépendantes a présenté 4 projets d’ordonnance. Au nombre desdits projets adoptés, le texte fixant les conditions d’éligibilité du Président de la République et les incompatibilités avec la fonction de Président de la République.

Pris en application des dispositions des articles 10, 52 et 78 de la Constitution, ce dernier revisite les modalités inhérentes à la qualité de potentiel candidat à l’élection présidentielle. En effet, l’article 2 dudit texte dispose que sont éligibles, « tous les Gabonais des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques et ayant résidé sans discontinuité sur le territoire national au moins six mois chaque année, au cours des deux dernières années précédant l’élection ».

Ainsi, le gouvernement a entrepris d’intégrer le principe de territorialité comme une des conditions dites cumulatives pour prétendre accéder au fauteuil suprême. Il va sans dire que cette nouvelle disposition s’assimile d’emblée à une mise à l’écart de certains de nos compatriotes exilés partout dans le monde pour des causes de divergences politiques.Il s’agit entre autres de Ludovic Ognagna, Alfred Nguia Banda, Daniel Mengara, Charles Mba, Séraphin Moundounga, Alfred Mabika Mouyama et Laurence Ndong.

L’appareil gouvernemental mise donc sur un filtrage de Gabonais alors que dans le même temps, il s’évertue à prôner l’égalité des chances. Une ambiguïté d’autant plus stridente que revisiter les règles du jeu à moins de 2 ans des échéances électorales de 2023 pourrait s’avérer dangereux pour la paix et la cohésion sociale. Deux notions auxquelles semble être attaché Ali Bongo Ondimba qui ne manque pas de rappeler que « le Gabon est pour tous les Gabonais », indiquait-t-il à la veille du 61ème anniversaire de notre pays. 

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop