Gabon: le gouvernement reçoit près de 28 milliards en appui à la réhabilitation des voiries urbaines

Le besoin en infrastructures de transport au Gabon, constitue aujourd’hui une des préoccupations majeures des autorités. Ainsi, dans l’optique de réduire ce déficit, le gouvernement qui a annoncé il y a un peu plus de six (6) mois la réhabilitation des voiries urbaines des communes de Libreville, Owendo et Akanda, s’est récemment vu octroyer un prêt de 28 milliards de Fcfa (42,9 millions d’euros) pour réaliser ces travaux.

Signé le 4 juin dernier à Madrid, l’accord entre l’Etat gabonais représenté par les ministres de l’Economie Jean-Marie Ogandaga et des Travaux publics Arnauld Engandji, Banco Santander et United Kingdom Export Finance (UKEF), permettra vraisemblablement d’accélérer des travaux réalisés à moins de 5% aujourd’hui.

En effet, ce sont près de 28 milliards de Fcfa environ 42,9 millions d’euros, qui vont être engagés par Banco Santander. Portant sur le financement et l’aménagement des voiries urbaines de Libreville, Akanda et Owendo, ce nouveau financement qui s’ajoute aux 10 milliards de Fcfa déjà décaissés par l’Etat, devrait permettre de poursuivre des travaux estimés à plus de 50 milliards de Fcfa.

Néanmoins des questions subsistent. Etait-il opportun de confier ces travaux à une seule entreprise? Quelle est la nécessité de disposer d’un Fonds d’entretien routier (FER) ou encore de subdivisions des TP, si tous les travaux de réhabilitation nécessitent le recours systématique à des emprunts et donc à des prestataires privés?

De plus, prélevant une Redevance d’usure de la Route (RUR), une taxe sur les contrats d’assurance, sans oublier les recettes issues des stations de pesage de Ndjolé, le gouvernement devrait logiquement pouvoir renforcer le dispositif public lié à l’aménagement du réseau routier sans emprunter régulièrement. Quoi qu’il en soit, réalisés à environ 5%, ces travaux censés durer 60 mois, sont d’ores et déjà partis pour accuser du retard.

Laissez votre commentaire