Gabon: le gouvernement dément la reprise de la SEEG par Rushydro

Siège social de la SEEG à Libreville © D.R

Dans un entretien accordé au magazine Jeune Afrique, Patrick Eyogo Edzang, ministre de l’énergie, est revenu sur les sujets brûlants, notamment l’éviction de Veolia, mais aussi les tractations en cours entre l’Etat gabonais et Rushydro, qu’il a démenti.



Le ministre en charge de l’énergie a démenti, à demi mots, les propos relayés par la plupart des médias ces derniers jours, faisant état d’une arrivée imminente de Rushydro qui viendrait en remplacement de Veolia-SEEG, déclarant «Avec les Russes, nous n’avons pas vraiment ce genre de conversation».

Revenant plutôt sur la nécessité d’effectuer un audit technique complet des infrastructures, dans le but de «préparer un cahier des charges technique et financier complet», en vue du lancement d’un appel d’offre international; ce procédé permettrait notamment d’obtenir la meilleure offre, au meilleur prix pour les populations qui bénéficieront de la meilleure qualité de services, et mettrait également fin au monopole de la SEEG tout en libéralisant le secteur.

S’agissant donc de l’arrivée imminente de Rushydro, Patrick Eyogo Edzang, a plutôt ironisé déclarant que «le successeur de Veolia au Gabon pourrait bien être français». Rappelons que l’annonce de l’arrivée de Rushydro avait été faite par l’ambassadeur de Russie à Libreville.

Laissez votre commentaire