Gabon: le gouvernement à pied d’œuvre pour la réhabilitation de l’axe Makokou-Tsinkele

Arnaud Engandji lors de la visite sur l'axe Makokou-Tsinkele © GMT

Largement relayée sur les réseaux sociaux, les terribles images du tronçon routier Makokou-Tsinkele et plus globalement celles de l’axe Makokou-Ovan ont fini par faire réagir le gouvernement. Ainsi, ce mercredi 3 avril, le ministre en charge de l’Equipement, des infrastructures et des Travaux Publics Arnauld Calixte Engandji-Alandji, accompagné de son collègue Alain Claude Bilie By Nze et du Représentant résident de la BAD Robert Masumbuko, se sont rendus sur place pour s’enquérir de la situation.



« Choquantes », « Inconvenantes » voire « Indécentes », les récentes images de l’axe routier Makokou-Tsinkele largement relayées via les réseaux sociaux n’ont pas manqué d’enflammer la toile. Ainsi, face à cette problématique qui impacte le quotidien de dizaine de milliers de citoyens gabonais de la province de l’Ogooué Ivindo, le ministre d’Etat en charge de l’Equipement, des Infrastructures et des Travaux Publics Arnauld Calixte Engandji, a décidé de réagir.

Le calvaire des usagers sur le tronçon Makokou-Tsinkele © GMT

Le ministre des TP qui a initié depuis sa prise de fonction, un vaste série de réhabilitation des chantiers routiers a tout d’abord souligné le fait « qu’il y ait des ouvrages d’art qui posent problème sur la route économique en passant par la Lopé », il est par la suite revenu sur les difficultés causées par ce désagrément notamment en termes de « trafic commercial et économique ».

Face à ces nombreuses difficultés, Arnauld Calixte Engandji-Alandji a donc tenu à prendre « le poul » après avoir dépêché les équipes provinciales des TP pour une solution « transitoire ». Il s’agira donc pour le gouvernement de trouver des solutions avec l’appui des partenaires financiers, notamment la BAD, pour élaborer un plan définitif afin de sortir les populations de cette partie du pays, du désarroi auquel elles sont confrontées au quotidien.

Emprunté par des milliers d’usagers, l’axe Ovan-Makokou, long de près de 100km est aujourd’hui dans en bien triste état et c’est l’activité économique de toute la province qui en pâtit. Or, reliant plusieurs provinces, cet axe revêt une importance capitale pour l’ensemble du pays et même de la sous-région, puisqu’il se situe dans une province  frontalière au Congo voisin.

Laissez votre commentaire