mercredi,20 octobre 2021
AccueilA La UneGabon: le gouvernement à la recherche de 8 000 enseignants à la...

Gabon: le gouvernement à la recherche de 8 000 enseignants à la veille de la rentrée!

Ecouter cet article

À quelques heures du retour en salle de classe pour les apprenants du primaire et du seconde, le déficit d’enseignants au sein des établissements demeure. Pour ainsi garantir une reprise des cours, le gouvernement gabonais devrait recruter, voire former pas moins de 8 000 enseignants dans certaines disciplines telles que mathématiques, sciences physiques et techniques commerciales.

Le secteur éducatif souffre d’un déficit d’enseignants alors même que la population scolarisée ne cesse de croître. A en croire Marcel Libama, le gouvernement en serait le seul responsable. « La problématique du manque d’enseignants reste entière, surtout en l’absence, depuis 2014, de formation des enseignants consécutive au gel du concours d’entrée à l’Ecole normale supérieure (ENS) », a déploré le conseiller stratégique de la Convention nationale des syndicats de l’éducation (Conasysed). 

Une carence qui se fait ressentir dans les lycées et collèges de l’arrière pays qui sont, pour la plupart, dépourvus d’enseignants dans des matières essentielles. C’est notamment le cas en mathématiques, sciences physiques et même en sciences économiques. On assiste alors à des dépassements de compétences pour certains enseignants qui s’aventurent à dispenser des cours dans des disciplines autres que les leurs pour combler le vide. Pour y remédier, bonne avait été l’idée de recruter la main-d’œuvre étrangère jusqu’à ce qu’elle soit jugée budgetivore par le gouvernement.

Seulement, le Pr. Patrick Mouguiama-Daouda n’aura pas trouvé une parade pour équilibrer l’équation enseignant-apprenant. Le membre du gouvernement ne semble pas cerner l’urgence de combler le déficit évalué à 8 000 enseignants. Pour bon nombre de parents d’élèves, « ce sont les élèves qui en pâtissent », n’hésitent-ils pas à déclarer. Une situation qui occasionne donc plusieurs lacunes chez certains bacheliers qui seraient dues aux années scolaires alambiquées.

Laissez votre commentaire

Lyonnel Mbeng Essonehttps://www.gabonmediatime.com
Journaliste Reporter (Société - Justice - Faits divers )
Enami Shop