Gabon: «le fonctionnement des agences SEEG n’est point perturbé»

Sit-in des agents de la SEEG devant leur direction génarale ce jeudi 17 janvier 2019 © D.R

Suite à l’assemblée générale tenue ce jeudi 17 janvier au siège de la Société d’energie et d’eau du gabon (SEEG), selon la direction de la communication de la SEEG aucun préavis de grève n’a été déposé et le fonctionnement des agences commerciales n’est pas perturbé bien que des responsables du Syndicat des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (Syntée+) affirment observer un mouvement d’humeur depuis ce matin.



Des agents de la SEEG observent depuis ce matin un sit-in devant leur direction générale sise au Centre-ville. Ces derniers observeraient selon René M’benguet Malat, porte-parole du Syntée+ un mouvement de grève.  « Nous marquons notre étonnement sur la publication faite par M. Jacques Sima, directeur de la communication de la SEEG dans votre journal relatif à l’absence de grève de la SEEG. Le personnel SEEG est effectivement en grève illimitée depuis ce jeudi 17 janvier 2019», confie-t-il.

Pour sa part, Jacques Sima réaffirme que formellement il n’y a pas de grève. « Aucun préavis de grève n’a été déposé à ce jour auprès de la direction générale. Il y a bien eu une assemblée générale extraordinaire du Syndicat des travailleurs du secteur de l’eau et de l’électricité (Syntée+) ce matin devant le siège. Nous n’avons aucun rapport définitif. Les responsables se concertent. Le fonctionnement des agences de gestion clientèle n’est point perturbé. Nous n’hésiterons pas de revenir vers vous », a-t-il précisé.

Lire aussi >> Gabon: pas de grève à la SEEG !

Un cadre de la SEEG contacté sur place déplore la tournure qu’a failli prendre cette assemblée générale avant d’apporter des éclaircissements sur la situation. « Ceux qui font le sit-in devant l’agence principale actuellement ne sont que des insatisfaits qui veulent revenir maladroitement sur l’accord mais la majorité des agents de la SEEG est pour et l’a signifié au ministre de tutelle », a-t-il expliqué.

Le point de discorde entre la direction générale et les agents regroupés devant le siège de la SEEG serait la prise en charge Ascoma. Certains agents, notamment les exécutants, souhaitent être pris en charge au même titre que les cadres et agents de maîtrise. « Il faut que tous les agents notamment les exécutants bénéficient de la même assurance maladie que les autres agents », a confié un agent.

Laissez votre commentaire