mercredi,28 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: le FMI durcit les conditions de décaissement des deux dernières tranches...

Gabon: le FMI durcit les conditions de décaissement des deux dernières tranches du MEDC

Approuvé le 19 juin 2017 par le Fonds monétaire international (FMI), l’accord triennal élargi au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC) en faveur du Gabon pour un montant de 642 millions de dollars soit 215 % de la quote-part du pays, a pris du plomb dans l’aile ces dernières semaines. Malgré une participation aux assises des assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI, le Gabon pourrait se voir privé des dernières tranches de cet appui.

Signé en vue d’aider le Gabon à assurer sa stabilité macroéconomique et à jeter les bases d’une croissance durable et équitable prônée par le Plan de relance de l’économie (PRE), l’accord triennal élargi au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC) stagne depuis quelques mois déjà. Pour cause, le dernier décaissement approuvé par le conseil d’administration du FMI en faveur du Gabon remonte à décembre 2018. 

Lire aussi : Gabon: le FMI approuve un décaissement supplémentaire de 57 milliards 

Principale raison de ce durcissement,  la liquidation attendue depuis de longs mois des trois banques en difficulté dans lesquelles le Gabon à des participations jugées peu stratégiques. Au regard du niveau excessif des prêts improductifs liés à ces prises de participation, l’institution de Bretton Woods, juge donc innopportun de décaisser les troisième et quatrième tranches de cet accord. 

Si la récente mission de consultation conduite par Boileau Loko a souligné que l’économie gabonaise se redresse lentement, et que « des progrès significatifs ont été réalisés dans les discussions avec les autorités sur les politiques économiques et financières », il n’en demeure pas moins que des défis importants restent à surmonter pour générer une croissance plus forte et plus inclusive.

Lire aussi : Gabon : le FMI prescrit des «mesures vigoureuses et des réformes profondes pour améliorer la gouvernance» 

C’est donc en vue de permettre de générer une croissance plus forte et plus inclusive, que le FMI attend des autorités gabonaises qu’elle prennent « des mesures vigoureuses et des réformes profondes pour améliorer la gouvernance ». Le gouvernement devra donc s’atteler à amplifier les réformes s’il souhaite bénéficier des troisième et quatrième revues restantes. 

Avec déjà 395,9 millions de dollars reçus sur les 642 millions de dollars conclus au titre de cet accord, les autorités gabonaises doivent impérativement se plier aux exigences du Fonds pour bénéficier de cet appui notamment en améliorant significativement la gouvernance. Le FGIS qui gère les investissements, devra pour sa part s’atteler en priorité à liquider ces banques dans les prochaines semaines. 

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion