mercredi,28 octobre 2020
Accueil Derniers articles Gabon : le déficit en infrastructures, principale cause des accidents de la...

Gabon : le déficit en infrastructures, principale cause des accidents de la route

Comme le souligne l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans son rapport sur les  accidents de la route, près de 3500 personnes meurent chaque jour à travers le monde. Au Gabon ce sont pas moins de 690 décès qui ont été enregistrés entre 2012 et 2018 dont 165 pour la seule année 2012. Principale cause de cette situation, le criant déficit en infrastructures de transport, malgré des emprunts colossaux dans ce secteur. 

568 millions de FCFA le kilomètre de route bitumé, des emprunts colossaux, des appuis de divers partenaires techniques et financiers, et pourtant au Gabon, on dénombre toujours autant d’accidents de la route. Pour cause, très peu de mesures sont prises par le gouvernement pour enrayer ce phénomène qui endeuille chaque année des dizaines de familles gabonaises. 

Lire aussi: Gabon/Réhabilitation des voiries urbaines: plus de 568 millions de Fcfa par km de route bitumée

En effet, avec 690 décès enregistrés entre 2012 et 2018, les routes gabonaises sont meurtrières. Faute d’entretien, elles devraient continuer à faire des dégâts au regard de la qualité actuelle du réseau routier. Principal source d’accidents de la route avec de la conduite en état d’ivresse, les routes considérées comme les plus vulnérables mettent en danger les populations au quotidien.

Lire aussi: Gabon : 690 morts sur les routes entre 2012 et 2018 

On ne dénombre plus les accidents sur les axes Pont Nomba-Owendo, Awendjé-Voie express, ou encore sur le meurtrier axe Ntoum-Kango. Jonché de nidsdepoule quand elles ne sont pas totalement endommagées, les routes gabonaises peuvent à bien des égards être considérées comme des tombeaux à ciel ouvert.

Fort de leur impact considérable sur la sécurité des citoyens, les infrastructures routières qui permettraient également au pays d’accélérer sa diversification économique, devraient mieux être prises en compte dans la politique de développement. Pour l’heure, réhabiliter les voiries urbaines de Libreville, Owendo et Akanda, serait déjà un pas en avant. 

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttp://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion