lundi,21 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: le combat pour l’alternance continue pour Frédéric Massavala

Gabon: le combat pour l’alternance continue pour Frédéric Massavala

Ecroué depuis 19 mois à la prison centrale de Libreville, l’opposant Frédéric Massavala Maboumba a été libéré le 8 juin 2019. Dans une interview accordée à notre confrère Gabonews, le conseiller départemental de Tsamba-Magotsi dans la province de la Ngounié, assure continuer la lutte pour l’alternance dans son pays. Il souhaite que Landry Amiang Washington, Bertrand Zibi Abeghe et Pascal Oyougou soient également libérés.

Libéré le 8 juin dernier de la prison centrale où il a purgé 19 mois, Frédéric Massavala Maboumba peut enfin souffler. Ayant retrouvé les siens il y a quelques jours, le conseiller départemental de Tsamba-Magotsi dans la province de la Ngounié est heureux d’être libre. Son séjour en prison ne semble pas avoir entamé sa détermination à se battre pour un Gabon libre et il se dit prêt à reprendre le combat.

« Je suis très requinqué de retrouver mes compatriotes, la famille, les amis et connaissances. Je n’ai aucune raison de m’asseoir, car je suis encore valide. Dieu, merci. Je suis en pleine possession de mes sens. Donc le combat pour lequel je suis allé en prison, ces réseaux-là demeurent. Je vais continuer la lutte pour l’alternance, pour ne pas dire recommencer là où je l’avais laissée », a-t-il déclaré à Gabonews.

Le porte-parole de la coalition de Jean Ping à la présidentielle de 2016 est déjà sur le pied de guerre pour rassembler ses troupes. Pour lui, il n’est pas question de perdre du temps. « Dès ma sortie de prison j’ai commencé par réunir mon état-major afin de définir les actions envisageables sur Libreville et à l’intérieur du pays », a-t-il précisé.

En revanche, la prison n’est pas un endroit où rester, selon Frédéric Massavala Maboumba. Il souhaite d’ailleurs que certains de ses compatriotes puissent être libérés le plus rapidement possible. « Je prie pour que ceux qui sont restés nous rejoignent en liberté le plus rapidement possible, car la prison est un endroit où il vaut mieux ne pas être. Je pense particulièrement à Landry Amiang Washington, à Bertrand Zibi Abeghe, ainsi qu’à Pascal Oyougou », a-t-il confié aux confrères. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt