Gabon: le collectif des agents de la SNLS en grève illimitée

Ce vendredi 11 janvier 2018, le collectif des agents de la Société nationale des logements sociaux a observé un mouvement d’humeur au siège de ladite entreprise. Le personnel de cette entité placée sous la tutelle du ministre de l’Habitat Michel Menga M’Essone a barricadé les locaux de leur administration afin de revendiquer leurs droits.   


Le collectif des agents de la SNLS qui seraient victimes de la non-prise en charge de leurs desiderata par sa tutelle a décidé de rentrer en grève illimité afin d’attirer l’attention des autorités compétentes au regard de leur situation. Le personnel de cette structure revendique entre autres, le paiement des salaires, les mesures d’accompagnement suite à la fusion avec la Société nationale immobilière (SNI) et le rétablissement de leurs assurance maladie.

Par ailleurs, ces agents ont saisi leur direction générale en brandissant un cahier de charge contenant les différentes revendications, assorti d’un préavis de grève . L’administration à son tour s’est retournée vers le ministre de l’Habitat qui n’a pas donné suite aux doléances de ces employés de l’Etat. Toute chose qui a provoqué l’ire de ces derniers.

Les agents qui revendiquent leur salaire s’insurge également contre le fait qu’à l’issue de la reunion du conseil d’administration de la SNLS tenue en décembre dernier, les administrateurs aient perçu des perdiems alors que les caisses de cette structure seraient vides. « Il y a eu un conseil d’administration le 6 décembre et les administrateurs ont mis la pression au directeur général ainsi qu’au président du conseil d’administration pour que soit payés leurs jetons de présence  », a indiqué un membre du collectif.

La SNLS étant une société à caractère commercial, elle fonctionne grâce au profit généré par les ventes issues de son activité. Sauf que depuis la suspension des activités par Michel Menga les agents font face à plusieurs difficultés. « Nous n’avons plus de fournitures de bureau parce que le ministre a interdit au directeur général de commercialiser les parcelles, sachant que c’est la vente des parcelles qui nous fait vivre », a déclaré un agent.

Il serait judicieux pour le premier responsable du ministère de l’Habitat d’éclairer l’opinion sur les raisons qui ont motivé sa décision de cessation  de toute activité commerciale à la SNLS. Lequel ordre il faut le rappeler contribue inévitablement à la précarisation de ses agents qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts.   

Laissez votre commentaire