mardi,30 novembre 2021
AccueilA La UneGabon: le ciel semble s'assombrir sur l’industrie pétrolière

Gabon: le ciel semble s’assombrir sur l’industrie pétrolière

Ecouter cet article

Établies à 1361 milliards de FCFA en 2011, 1531,3 milliards de FCFA en 2012 et 1452,9 milliards de FCFA en 2013, les recettes pétrolières ont depuis connu une baisse inquiétante pour se situer à 747,2 milliards de FCFA en 2019 pour moins de 500 milliards de FCFA en 2020. Signe d’une contraction de cette activité pilier de notre économie, cette baisse significative et consécutive à plusieurs facteurs, semble assombrir un peu plus les perspectives du secteur pétrolier. 

En dépit de « perspectives stables » comme annoncées récemment par l’agence de notation américaine Fitch ratings, le Gabon traverse une période pour le moins délicate. Symbolisée par une baisse drastique des recettes pétrolières qui conclut une contraction constante de cette activité pilier de notre économie, cette période entre crise du covid et baisse de la demande mondiale, assombrit un peu plus les perspectives de cette industrie.

En effet, devant faire face à une contraction de l’ordre de 14% de sa production pour une moyenne de 185 000 barils par jour en 2021 notamment, l’industrie pétrolière inquiète par ce lent déclin. Même si selon les mêmes données fournies par Fitch Ratings, la production devrait remonter progressivement à 210 000 barils par jour d’ici 2023, cette industrie sur laquelle repose essentiellement notre économie avec plus de 50% de son PIB, risquerait de ne plus être en mesure de masquer les errances en matière de gouvernance de gestion.

Conséquence d’une surexploitation du bassin sédimentaire gabonais, cette baisse drastique de la production qui a déjà obligé Total, l’un des opérateurs historiques, à céder ses participations sur le terminal Cap Lopez à Perenco, actuel leader du secteur, pourrait avoir à moyen terme des conséquences sur  les ressources de l’Etat et le niveau de croissance. Une croissance qui selon les données fournies par le Budget et l’Économie, devrait d’ailleurs d’ici 2024, être portée par les secteurs de l’Agriculture, du Bois, des Mines, des Agro-industries, des Travaux publics et de l’Energie.

S’il tente timidement de renouveler les réserves pétrolières à travers l’intensification de l’exploration et l’attribution de nouveaux blocs pétroliers dans le cadre du 12ème appel d’offres, pour lutter contre ce déclin progressif de la production à long terme, le gouvernement semble néanmoins pris à la gorge. Une situation qui semblait pourtant évitable au regard des nombreux signes avant-coureurs, qui avaient déjà conduit à l’élaboration de différents plans de diversification soutenus à grand renfort de milliards au cours de ces dernières années.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Pub_Moov Money BGFIBank
Enami Shop