mercredi,23 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon : le CHUL fermé, les agents de santé durcissent le ton

Gabon : le CHUL fermé, les agents de santé durcissent le ton

Entrée principale fermée, banderoles brandies, blouses en jachère, voilà comment le personnel de santé du principal hôpital de Libreville a marqué son mécontentement par le déclenchement du mouvement de grève déjà en gestation depuis quelques jours. Selon les leaders des syndicats de la santé (Synas), cette levée de boucliers a pour point d’ogre le non-paiement de la prime d’incitation à la performance du deuxième trimestre 2015.

C’est ce lundi 2 mars 2020 que les agents de santé ont décidé de passer à la vitesse supérieure dans leur mouvement de grève entamé timidement la semaine écoulée. En effet, à la suite de son Assemblée générale tenue très tôt dans la matinée,  le syndicat a décidé de stopper toute activité au sein du Centre hospitalier universitaire de Libreville (CHUL). « Après notre AG de ce matin au CHUL, les agents ont décidé de passer à la vitesse supérieure en fermant le portail de l’hôpital général pour exprimer leur mécontentement », a indiqué Franck Biyoghe Bi-Mba, le président du Syndicat national des agents de la santé (Synas).

Selon les instigateurs de ce mouvement, cette interruption d’activités serait consécutive à une fin de non recevoir esquissée par le ministre de tutelle et donc, du gouvernement quant à la main-tendue durant le lancement de la grève la semaine dernière. « Aucune autorité, encore moins notre ministre de tutelle, n’est rentrée en contact avec nous », a-t-il précisé à notre confrère du média en ligne Pyramid Gabon. Rappelons par ailleurs, que les grévistes revendiquent le paiement intégral de leurs primes notamment la prime d’incitation à la performance (PIP) du deuxième trimestre de l’année 2015.

En outre, d’autres revendications viennent se greffer à celle susmentionnée. Le président du Synas a listé quelques-unes des revendications à l’ordre du jour. « Nous réclamons la réouverture des écoles provinciales de formation, la régulation des situations administratives et financières des agents, en plus des meilleures conditions de travail », a-t-il conclu. Si pour l’heure, seuls quelques syndicats battent le bitume, d’autres pourraient très vite emboîter le pas. C’est le cas du syndicat des médecins fonctionnaires a également menacé d’entrer en grève (Symefoga) qui n’exclut pas une entrée en grève imminente si rien n’est fait. Une énième épine aux du ministre de la Santé Max Limoukou déjà égratigné par une affaire de carence en poches de sang qui occasionnerait un fort taux de mortalité infantile au CHUL. 

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt