Gabon: le casque bleu arrêté à Bangui sera rapatrié à Libreville pour être jugé

Le vice amiral d’escadre, Gabriel Mally Hodjoua, SG du ministère de la Défense © Capture GMT

Ce samedi 14 avril 2018, sur les antennes de Gabon 1ère, le  ministère gabonais de la Défense nationale s’est exprimé par la voix de son secrétaire général,  le vice amiral d’escadre, Gabriel Mally Hodjoua, sur l’arrestation à Bangui (Centrafrique), le vendredi 13 avril dernier, d’un casque bleu gabonais pour vente illégale de munitions de guerre de l’ONU. Ce dernier sera extradé au Gabon pour répondre des ses actes devant une Cour spéciale militaire.

L’ adjudant Hugues Roland Mandoukou, casque bleu de la  Minusca (mission de l’ONU en RCA) a été arrêté le vendredi 13 avril au quartier PK5  où habite la majorité des musulmans de Bangui par des gendarmes centrafricains avec une caisse de munitions de guerre qu’il tentait de vendre à des rebelles.

>> Lire aussi : Un casque bleu gabonais arrêté à Bangui pour vente illicite des munitions de guerre

Aux termes du communiqué du ministère de la Défense nationale, l’adjudant Hugues Roland Mandoukoule avait subtilisé la caisse de munitions qu’il entreprenait de vendre aux musulmans lors d’une inspection «des armes et munitions» effectuée le lundi 10 avril 2018 dernier. 

Le militaire gabonais arrêté est actuellement incarcéré dans les locaux disciplinaires de la Minusca. «Dans les tous prochains jours, il sera rapatrié au Gabon et mis à la disposition des instances judiciaires nationales», précise le vice amiral d’escadre, Gabriel  Mally Hodjoua.

Pour mettre un terme à toutes les «fausses versions qui circulent sur les réseaux sociaux à ce sujet, à des fins inavoués», le ministère de la Défense «s’engage à communiquer en toute transparence chaque fois que ce sera nécessaire », a-t-il ajouté.

Le ministère de la Défense qui garantie des sanctions sévères «conformément à la rigueur de la loi» à l’encontre l’ adjudant Hugues Roland Mandoukou, prendra également «des dispositions particulières pour éviter que des tels errements ne se reproduisent», a-t-il indiqué.

Par ailleurs, le ministère de la Défense nationale a également tenu à rassurer sur la volonté du Gabon de contribuer au retour de la paix en Centrafrique qui reste inébranlable et qui ne pourra jamais accepté même s’il se désengage que «les efforts consentis depuis plus de 21 ans soient remis en cause par des irresponsables et des soldats isolés», a-t-il martelé.

Laissez votre commentaire

Laisser un commentaire