Gabon: le bioéthanol pourrait générer près de 170 milliards de chiffre d’affaires par an

Gabon Gabonmediatime Bioéthanol Gabon
Le Gabon ambitionne produire du Bioéthanol © D.R.

Carburant produit à base de végétaux et qui ne nécessite pas de forage ni d’extraction de ressources fossiles comme les autres types d’essences, le bioéthanol pourrait être dans les prochaines années produit au Gabon et rapporter gros. Signe du potentiel d’un tel marché pour le Gabon, la société chinoise Fulin Taihe veut y investir plus de 366 milliards de FCFA. 


C’était en fin août dernier. A la faveur de plusieurs rencontres avec le ministre de la promotion des investissements Jean Fidèle Otandault, et celui de l’Agriculture Biendi Maganga Moussavou, les responsables de la société chinoise Fulin Taihe se sont dits intéressés par une production à grande échelle de bioéthanol à base de manioc. 

En effet, prêt à investir pas moins de 620 millions de dollars (366 milliards de FCFA) dans ce projet, les dirigeants de l’entreprise chinoise indiquaient lors des audiences avec les autorités, que « le Gabon est l’une des meilleurs destinations pour les investissements  ». Avec un impressionnant potentiel agricole, le pays pourrait largement profiter de la production de ce type d’énergie aussi bien en amont qu’en aval.

LIRE AUSSI >> La position géographique du Gabon, un atout majeur pour les investisseurs russes 

Avec un bilan carbone de production neutre puisque les végétaux à l’origine consomment du CO2 lors de leurs pousses, le bioéthanol s’impose comme l’unique carburant respectueux de l’environnement aujourd’hui. Or, levcas échéant, le Gabon en plus d’être un pays aux caractéristiques idéales pour la production agricole, a fait de la protection de l’environnement son cheval de bataille pour l’avenir. 

Pouvant permettre de réduire de près de 50% les émissions de gaz à effet de serres par rapport aux carburants fossiles, le bioéthanol qui est à n’en pas douter un atout non négligeable, pourrait donc à la fois créer des emplois directs et indirect, mais aussi réduire les dépenses des ménages liées aux besoins en carburant, à l’heure où le prix à la pompe ne cesse d’augmenter. 

LIRE AUSSI >> L’essence désormais plus chère au Gabon qu’aux Etats-Unis et en Russie 

Visant dans un premier temps le traitement de plus de 900 000 tonnes de manioc pour en extraire 300 000 tonnes d’éthanol par an capable de générer un chiffre d’affaires de 170 milliards de FCFA pour un bénéfice de 40 milliards de FCFA, ce projet soumis aux autorités gabonaises par Fulin Taihe pourrait créer pas moins de 7000 nouveaux emplois. 

Laissez votre commentaire