Gabon: l’appel républicain du Collectif des anciens, cadres, notables et dignitaires de la République

Une vue de certain membre du Collectif des anciens cadres notables et dignitaires de la République © Gabonactu.com

Depuis le début de la crise post-électorale issue de la présidentielle de 2016 et l’absence temporaire prolongée du président de la République Ali Bongo Ondimba le 24 octobre 2018, les Gabonais ne savent plus à quel saint se vouer. Une situation qui a poussé le Collectif des anciens cadres notables et dignitaires de la République de lancer un appel solennel républicain au peuple gabonais, ce vendredi 17 mai 2019 à la Chambre de Commerce de Libreville, lors d’une conférence de presse. Les anciens appellent à une sortie rapide de la crise inédite qui secoue le pays.



Jamais de mémoire d’homme le Gabon n’aura été englué dans une crise d’une telle envergure. Ce sentiment est partagé par de nombreux Gabonais, dont le Collectif des anciens, cadres, notables et dignitaires de la République qui a lancé un appel à une sortie rapide de la crise inédite qui frappe notre pays.

« Nous, lançons instamment le présent appel solennel républicain à l’adresse de la Nation Gabonaise toute entière, […] pour entreprendre toutes actions politiques ou de droit tendant à une sortie rapide de la crise inédite qui frappe actuellement notre pays, notamment depuis près de huit mois qu’a duré l’indisponibilité temporaire du Président de la République pour cause de maladie », ont-ils déclaré.

Dans leur allocution, les anciens rappellent que depuis la crise post-électorale issue de la présidentielle de 2016 « le Gabon s’est enlisé dans une crise profonde, multidimensionnelle et multisectorielle, dont les stigmates sont de plusieurs ordres. Aucun secteur de notre pays n’échappe à la crise, devenue profonde et vorace », précisent-ils. Une situation socio-politique devenue chaotique et dangereuse, et menaçant sérieusement notre vivre ensemble, clament-ils.  

Le Collectif souligne un fait qui semble partagé par bon nombres des acteurs politiques et de la société civile : depuis le 24 octobre 2018, le sommet de l’exécutif gabonais pose problème, car il y a eu une indisponibilité temporaire trop prolongée du Chef de l’Etat. Ce qui aurait poussé le pouvoir en place « à privatiser tous les leviers de l’Etat, en s’accaparant de tous les moyens matériels et financiers de celui-ci », ont-ils assuré. L’appel  à la déclaration de la vacance du pouvoir d’Appel à Agir, l’appel à « ouvrir un nouvel horizon » de Paul Marie Gondjout, entre autres sont des faits qui confortent cette analyse.

Par cet appel, les anciens espère éveiller la conscience patriotique de chaque citoyen gabonais, face à cette situation délicate non partisane mais générale et républicaine. Gageons qu’ils trouveront des oreilles attentives !

Laissez votre commentaire