Gabon: l’ANGTI pousse ses salariés au chômage technique

Siège social de l'ANGTI sur le front de mer de Libreville © D.R

Dans une note signée du directeur général Bogdan Sgarcitu ce mercredi 10 juillet, le personnel de l’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) est sommé de prendre un congé technique pour une durée de trois mois, renouvelable. Ce sont plus de 100 compatriotes, soit près de 50% des effectifs de l’agence qui vont devoir s’ajouter  à la longue liste des chômeurs.

GABON LIBREVILLE

L’Agence nationale des grands travaux d’infrastructures (ANGTI) est dans la tourmente. Les difficultés économiques qu’elle traverse l’oblige à des mesures drastiques. Ce mercredi 10 juillet 2019, la direction générale a annoncé la mise en congé technique de la moitié du personnel, soit 105 personnes au total, pour une durée de trois mois, renouvelable en fonction de l‘évolution de la situation.

Pour Bogdan Sgarcitu, cette décision s’explique par plusieurs facteurs, notamment des difficultés économiques, la situation financière globale difficile occasionnant des difficultés à assurer les charges liées au fonctionnement de l’agence, les retards et l’insuffisance des fonds mis mensuellement à disposition de l’agence pour assurer pleinement son fonctionnement et la dégradation  du climat social résultant des retards récurrents de salaires, entre autres.

En revanche, les 105 personnes envoyées en congé technique  percevront au titre de leur rémunération, une indemnité correspondant à un pourcentage du salaire de base et la prime de logement. Les autres indemnités et primes étant purement et simplement supprimées pendant toute la durée du congé technique. Un minimum de 100 000 FCFA sera assuré pour les revenus les moins importants par l‘agence.

Cependant, il faut souligner que l’ANGTI vit cette traversée du désert depuis quelques années déjà. En effet, en octobre 2018, l’agence qui faisait face à des difficultés de trésorerie avait du mal à payer ses salariés, accusant plusieurs mois d’arriérés de salaires. Récemment, en avril dernier, Gabon Media Time tirait la sonnette d’alarme sur le gouffre financier que représentait cette agence pour le gouvernement.

Laissez votre commentaire