samedi,16 octobre 2021
AccueilDerniers articlesGabon: l'ANFANG, halte à la discrimination du cheveu afro

Gabon: l’ANFANG, halte à la discrimination du cheveu afro

Ecouter cet article

Dans un contexte dominé par le diktat des critères de beauté occidentaux, la valorisation du cheveu naturel reste l’un des défis majeurs des femmes afro. Dans cet élan, l’Association des femmes afros naturelles du Gabon (AFANG) s’est réunie le mercredi 15 septembre 2021 à l’occasion de la Journée internationale du cheveu afro dans le but de rassembler les femmes afro autour d’un objectif commun, celui de faire face à la discrimation capillaire. 

Très souvent victimes d’exclusion sociale, les défenseurs du cheveu afro veulent renverser la tendance. En effet, le retour aux sources est indéniablement pour plusieurs d’entre elles, le moyen d’exister et de s’imposer face à la mondialisation qui voudrait qu’elles disparaissent. C’est le cas de l’ANFANG qui, à l’instar du monde entier, a célébré le 15 septembre 2021, la Journée internationale du cheveu afro. Occasion pour cette association de mettre en avant la beauté africaine au naturel.  

Initiée par la fondatrice de la marque de cosmétique et du salon de coiffure l’Hair Afro, Ludmilla Mbadinga, et celle de l’institut de soin capillaire Nappy Nyanga, Regina Rose Manga, l’Association des femmes afros naturelles du Gabon souhaite redonner à la femme noire sa place de choix en valorisant son authenticité. Qu’il soit bouclé, tressé, court ou long, le cheveu afro doit être accepté. 

Pour ces femmes défenderesses du cheveu afro, l’enjeu est de fédérer toutes les énergies possibles afin de lutter efficacement contre les discriminations dont les femmes sont victimes au quotidien et ce même dans leur milieu professionnel. Aujourd’hui encore les dreadlocks, les civiles ou l’afro sont perçus comme n’étant  « pas adaptés pour une administration », a fustigé Régina Rose Manga. Pourtant ailleurs, comme en Afrique du Sud par exemple, les populations sont libres d’aller dans leurs lieux de travail avec des coiffures propres à leur culture.

Comme un patrimoine identitaire, le cheveu afro est profondément enraciné dans l’histoire de la femme noire. Cette identité qui a d’ailleurs retenu l’attention des Nations unies qui y a consacré une journée mondiale devrait interpeller les principales concernées : les femmes noires. L’ANFANG qui a déjà enboité le pas, envisage de promouvoir et accompagner celles qui ont fait le choix du cheveu afro et de les défendre contre tout acte de discrimination.

Laissez votre commentaire

Enami Shop