Gabon : Landry Amiang Washington enfin libre !

Gabon Gabonmediatime Landry Amiang Washington Gabon
Landry Amiang Washington © D.R

Landry Amiang Washington, en détention depuis juillet 2016, va recouvrir bientôt sa liberté. Ce lundi 6 janvier 2020, la Cour d’appel de Libreville statuant en matière correctionnel a ordonné sa mise en liberté d’office. L’information a été confirmée à Gabon Media Time (GMT) par ses conseils Maîtres Anges Kevin Nzigou et Jean Paul Moumbembé. 


Arrêté en juillet 2016 à sa descente d’avion à l’aéroport international de Libreville par les agents de la police des airs et des frontières (PAF), puis mis sous mandat de dépôt, le cyberactiviste très connu des réseaux sociaux était principalement accusé d’outrage au président de la République et d’escroquerie. Après près de 4 ans passés à la prison centrale de Libreville en détention préventive, la Cour d’appel de Libreville vient enfin d’ordonner sa mise en liberté d’office. 

Landry Amiang Washington avait été déclaré non coupable du délit d’escroquerie et relaxé au bénéfice du doute par le tribunal de première instance de Libreville statuant en matière correctionnel. Après appel du parquet, le prévenu était à nouveau appelé à comparaître devant la Cour d’appel pour être finalement relaxé ce lundi 6 janvier 2020 dans la matinée au terme d’une audience qui a été plusieurs fois reportée.  

Après avoir passé ces trois dernières années à « Sans Famille », si l’on s’en tient à la décision des juges d’appel, le cyberactiviste Landry Amiang Washington devrait recouvrer la liberté dans les toutes prochaines heures. Par ailleurs, le doyen de ses avocats Maître Jean Paul Moumbembé a confié à GMT que « la Cour d’appel qui n’a pas encore statué sur l’appel formé par le parquet de la République se devait de le libérer conformément aux dispositions du nouveau Code de procédure pénale (CPP) pour qu’il soit jugé non plus en détenu mais en homme libre ».

Landry Amiang Washington comparaîtra donc le lundi 13 janvier prochain devant la Cour d’appel de Libreville pour outrage au chef de l’Etat, révolte populaire et escroquerie non pas en tant que détenu mais en justiciable libre de tous mouvements. 

Laissez votre commentaire