Gabon: lancement prochain d’une campagne de déclaration de biens par la CNLCEI

Gabon Gabonmediatime 14 (37)
Siège de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite © D.R.

Ce mercredi 31 juillet 2019 le premier ministre Julien Nkoghe Bekale a reçu en audience les nouveaux Commissaires membres de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite (CNLCEI) accompagnés de leur président, Nestor Mbou. Une rencontre qui a permis de faire le point des dossiers liés au fonctionnement de cette organe mais aussi d’annoncer le lancement prochain d’une campagne de déclaration de biens. 



Après l’audience que lui a accordée le chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba, le président de la CNLCEI a échangé avec le chef du gouvernement. Une rencontre qui selon Nestor Mbou rentre dans le cadre des usages républicains et qui a permis de discuter du fonctionnement et des missions dévolues à la commission. 

Parmi les grandes missions assignées à cette commission figure la révision des textes qui réglementent l’activité de l’institution, afin de les adapter aux normes internationales, notamment celles de l’Office des Nations Unies Contre la Drogue et le Crime (ONDC) qui est un organe spécialisé et basé à Vienne en Autriche.

Au sortir de son entretien, le président de la Commission nationale de lutte contre l’enrichissement illicite a indiqué que les actions à mener très prochainement concernent « la sensibilisation pour faire prévaloir les règles d’éthique et d’intégrité et entreprendre la campagne de déclaration de biens. A ce sujet, chaque dépositaire de l’Etat sera astreint à une déclaration de ses biens, laquelle sera conservée au siège de la commission ». 

Pour rappel, la CNLCEI a été créée au début des années 2000 avec un soutien du Fonds Monétaire International (FMI) et de la Banque Mondiale pour aider le Gabon à lutter efficacement contre la corruption et l’enrichissement illicite à l’origine du mal développement du pays.

Elle comprend dix membres nommés par décret du Président de la République pour une durée de cinq ans non renouvelables et un personnel d’appui. Les membres disposent pour leurs enquêtes des mêmes prérogatives et des mêmes moyens d’investigation que les Officiers de Police Judiciaire (OPJ) et les agents des administrations douanières et fiscales.

Laissez votre commentaire