samedi,18 septembre 2021
AccueilA La UneGabon: lancement des travaux à 75 milliards, pour le renouvellement et l’extension...

Gabon: lancement des travaux à 75 milliards, pour le renouvellement et l’extension du réseau d’eau

Ecouter cet article

Réunis ce mercredi 31 mars 2021 à la base vie de l’entreprise chinoise China First Highway Engineering Co., Ltd. (Cfhec), le Premier ministre Rose Christiane Ossouka Raponda et son ministre des Ressources hydrauliques Alain Claude Bilie By Nze, ont officiellement lancé les travaux de renouvellement et d’extension du réseau d’eau du « Grand Libreville ». Censés permettre à 300 000 Gabonais d’accéder à l’eau potable, ces travaux bénéficient d’un financement colossal de plus de 75 milliards de FCFA.

Présenté dans le document de cadrage du Plan d’accélération de la transformation (PAT) 2021-2023, comme un « catalyseur de croissance » et donc l’un des 10 secteurs prioritaires pour accélérer la « transformation du Gabon dans les deux ans qui viennent », le secteur eau et énergie était au centre de l’actualité ces dernières 24 heures. En effet, réunis à la base vie de l’entreprise China First Highway Engineering Co., Ltd. (Cfhec) situé au PK5, le Premier ministre et son ministre des Ressources hydrauliques, ont officiellement lancé les travaux de renouvellement et d’extension du réseau d’eau du « Grand Libreville ». 

Ainsi donc, face à une « qualité du service public d’eau potable de Libreville et ses environs, qui a connu une forte dégradation ces vingt dernières années à cause d’une absence notoire d’investissements du concessionnaire Veolia » tel qu’indiqué par Alain Claude Bilie By Nze, le gouvernement a donc décidé de réagir en dotant le « Grand Libreville », d’une capacité de production supplémentaire de 36000m3/jour. Un investissement qui devrait à terme, et toujours selon le gouvernement, permettre à 300 000 Gabonais d’accéder à l’eau potable.

Attendus depuis plusieurs mois, ces travaux qui bénéficient d’un financement de plus de 75 milliards de FCFA de la Banque africaine de développement (BAD) par le mécanisme d’emprunt habituel, vont donc enfin pouvoir débuter. Suscitant enthousiasme et espoir chez les populations des zones cibles, tant les problèmes d’adduction en eau potable sont légion malgré la présence d’une Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG) qui génère plus de 200 milliards de FCFA par an, ces travaux devraient s’ils arrivent à leur terme, améliorer le quotidien de populations de plus en plus paupérisées.

A noter tout de même que le chinois China First Highway Engineering chargé de ces travaux, suscite quelques doutes, dans la mesure où la BAD qui finance ce projet l’avait en 2014, « exclu de tout contrat, pour une durée de trois ans, après qu’elle eut reconnu des pratiques frauduleuses et des manœuvres collusoires ». Reste donc désormais à savoir si un peu moins de sept ans plus tard, cette entreprise qui a remporté l’appel d’offres grâce à une offre de moins de 10 milliards de FCFA, saura se conformer aux exigences d’un projet importantissime pour le pays.

Laissez votre commentaire

Ladji Nze Diakitéhttps://www.gabonmediatime.com
Titulaire d'un Master en Audit, Contrôle de Gestion et aide à la Décision, passionné de journalisme, j'analyse au quotidien l'actulaité économique du Gabon et du continent Africain ainsi que l'actualité sportive.
Enami Shop