samedi,26 septembre 2020
Accueil A La Une Gabon: l’alternance manquée en 2016 selon Raymond Ndong Sima

Gabon: l’alternance manquée en 2016 selon Raymond Ndong Sima

L’histoire de l’alternance est un rendez-vous que le Gabon n’a pas encore honoré depuis notre ‘‘indépendance’’, le 17 août 1960. La présidentielle du 27 août 2016 annonçait les prémices de l’imminence d’un changement à l’horizon. Mais, hélas ! Qu’est-ce vraiment l’alternance et 2016 aurait-elle pu être une année de changement aux « perspectives plus intéressantes » ? 

C’est en tout cas ce que pense Raymond Ndong Sima, ancien candidat à la présidentielle, dans son nouvel essai « Gabon : l’alternance manquée en 2016 ». A travers cet ouvrage, l’ancien Premier ministre fait une analyse en profondeur des causes de ce rendez-vous manqué et confronte les acteurs du système à leurs responsabilités individuelles dans l’échec du projet collectif, celui de la démocratie véritable.

Le débat autour de l’alternance au Gabon cache un mal profond dont les conséquences sont la dégradation de la situation économique, politique et sociale du pays. Des conséquences qui, bon gré mal gré, sèment le doute dans l’esprit des Gabonais quant à l’origine de ces maux. Est-ce dû aux Hommes ou aux politiques proposées ? Sont-ce les deux ? C’est pour répondre à ces questions ou du moins pour tenter d’apporter sa pierre à l’édifice que l’ancien Premier ministre Raymond Ndong Sima a commis l’essai « Gabon : l’alternance manquée en 2016 », paru aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, en 2019.

Bref aperçu de l’histoire politique du Gabon

D’emblée, l’ancien candidat à la présidentielle de 2016 fait un rappel historique de la politique du Gabon de 1957 à nos jours. De l’analyse de l’auteur, l’histoire politique du pays a plus été marquée par la conquête et la conservation du pouvoir que par le besoin d’apporter des solutions aux problèmes de développement. De Léon Mba à Omar Bongo Ondimba, les débats politiques ont tourné autour de l’organisation de l’Etat et la structure des pouvoirs.

Seulement, toute cette agitation autour des questions de pouvoirs a fait oublier les difficultés d’ordre économique qui ont plongé le pays dans un marasme sans nom, enracinant la crise qui secoue le pays depuis plus d’une décennie. Des mesures urgentes de redressement financier étaient nécessaires pour rétablir un certain équilibre. Pourtant, en dépit du soutien du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale (BM), il y avait une résurgence des assouplissements politiques, notamment dans le domaine de l’exploitation des matières premières.

Les enjeux de la présidentielle de 2016

Pour Raymond Ndong Sima, la présidentielle de 2016 était porteuse d’espoir et de changements, tout comme celle de 2009 avant elle. Mais avec des projets de société qui ne tenaient pas réellement compte des « problèmes réels et concrets du pays ». Dans son ouvrage, l’ancien Premier ministre dénonce d’une part le fait que le candidat Ali Bongo Ondimba et le Parti démocratique gabonais (PDG) aient « choisi d’organiser leur campagne entre la continuité d’un régime garant de la paix et de la stabilité d’une part, et un changement porteur de désordres et d’insécurité d’autre part ».

D’autre part, il fustige l’attitude des candidats de l’opposition qui ont privilégié le changement à la tête de l’Etat et la nécessité d’un Etat de droit. Tout cela en marginalisant la réforme en profondeur du système sur tous les plans. Cette dernière étant la pierre angulaire de toute alternative crédible dans notre pays.

Face à ces erreurs, avec les conséquences que nous connaissons, notamment les pertes en vies humaines et les dégâts matériels enregistrés après chaque élection, l’ancien Premier ministre appelle à plus de transparence. Il propose que soit trouvé un accord général de principe sur la mise en place d’une plateforme commune de l’opposition « ayant vocation à porter un ensemble de solutions partagées ».

Un accord nécessaire, mais qui exigerait, selon l’auteur « un examen de fond des erreurs d’analyse et de stratégies de l’opposition en revenant sur les fondamentaux politiques et sur les convictions et l’ancrage idéologique ».

Pour rappel, « Gabon : l’alternance manquée en 2016 » est le troisième ouvrage de Raymond Ndong Sima aux éditions Pierre-Guillaume de Roux, après « Quel renouveau pour le Gabon ? » paru en 2015 et « Le Temps des choix : 2016 et au-delà », paru en 2016.

Laissez votre commentaire

Global Media Time Gifpx
Street 103 Gabon Gmt