Gabon: «L’Afrique, terrain d’innovation» au coeur d’un débat à la SING

Les panélistes autour de Ferdinand Demba, modérateur © D.R.

C’est dans le cadre de l’Africa Comms week, une rencontre qui s’est tenue le jeudi 23 mars dernier à la Société d’incubation numérique du Gabon (SING) sise au Centre-ville de Libreville, que les acteurs locaux de la communication ont échangé sur le thème  «L’Afrique: terrain d’innovation». Occasion pour ces derniers de partager leurs expériences et les meilleurs pratiques dans ce domaine en expansion continue sur le continent.



Organisée par Global Mind Consulting, cabinet panafricain expert en stratégie et relations publiques dirigé par Seynabou Dia en partenariat avec la SING, cette rencontre importante  a été l’occasion de discuter des innovations sur le plan de la communication et de l’impact des médias dans le développement des marques africaines avec quelques patrons de médias, notamment Macktar Silla patron du groupe Label TV, Laure Bigourd, directrice générale de Gabon 24 et Chrismain Moungala Babala, responsable communication de Canal Plus Gabon.

Pour les panélistes, l’innovation dans la communication est un élément essentiel dont toute entreprise qui veut se démarquer doit se doter. Selon Macktar Silla, investir dans la communication est facteur de développement pour les entreprises. « Une société qui veut accroître son chiffre d’affaires ne devrait pas hésiter à investir des moyens conséquents dans la communication », a-t-il précisé, prenant en exemple un Sénégalais qui avait investi énormément d’argent dans la communication et qui est aujourd’hui considéré comme l’homme le plus riche de ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Prenant la parole à son tour sur la question sur la question de l’innovation Laure Bigourd, directrice générale de la chaîne nationale d’informations en continue Gabon 24 a fait remarquer que les entreprises doivent s’adapter aux comportement des consommateurs. « Le public évolue sans cesse, il est nécessaire d’innover pour s’adapter à lui. Et la façon de consommer l’information a énormément changé avec l’avè », a-t-elle déclaré.

Par ailleurs, Harold Leckat Igassela, fondateur et directeur de publication de Gabon Media Time, a expliqué que le traitement et la diffusion des contenus doivent s’adapter aux besoins du public qui selon lui « exige de l’instantané et de la qualité. Toute chose qui demande aux médias la prise en compte des outils déjà utilisés par les consommateurs au quotidien ». A l’exemple des lives Facebook ou YouTube, comme le précise Anne-Marie Jobin, directrice générale de Gabon Economie Plus.

En somme, les panélistes ont également souligné le manque criant de ressources humaines locales qualifiées et de structures de formation de professionnels du milieu. Pour conclure, le doyen des panélistes, Mactar Sylla a affirmé que « Le défi aujourd’hui, c’est d’arriver à produire du contenu adapté aux habitudes de consommation locales ». L’avenir appartient à ceux qui l’auront compris.

Laissez votre commentaire