mercredi,28 octobre 2020
Accueil A La Une Gabon: l’adressage, le jet de poudre de Perlimpinpin d’Ossouka Raponda aux Librevillois

Gabon: l’adressage, le jet de poudre de Perlimpinpin d’Ossouka Raponda aux Librevillois

Lancée en septembre 2015 en grande pompe par le maire de l’époque Rose Christiane Ossouka Raponda, l’opération d’adressage de la capitale gabonaise semble n’avoir pas tenu toutes ses promesses. En effet, si les citoyens ont pu constater  la pose effective des plaques dénominatives des rues, la suite de l’opération qui devait aboutir à la numérotation des maisons d’habitation et à la formation des usagers n’est jamais arrivée à son terme. 

Selon l’ancien édile de Libreville, ce projet avait pour objectif de maîtriser le renseignement urbain, en générant de nombreuses informations utiles et pratiques. Lors du lancement de cette opération qui s’était déroulée en présence du maire de Paris, Anne Hidalgo, Rose Christiane Ossouka Raponda avait décliné les avantages de la mise en place de ce projet qui devait mettre un terme aux difficultés rencontrées par les citoyens dans une ville devenue au fil des années un véritable capharnaüm. 

L’actuel Premier ministre assurait que ledit projet devait apporter des améliorations de divers ordres, notamment l’amélioration du repérage et de l’orientation pour les habitants, la localisation des services urbains, la facilitation des interventions de sécurité, l’acquisition d’un outil de programmation et de gestion des services, le recensement des équipements publics permettant une meilleure programmation des investissements des services de base pour les populations les plus défavorisées. Sauf qu’après sa phase active dénommée « acte III » qui a consisté en la pose effective des plaques dénominatives des rues, l’opération semble désormais au point mort.

Financée à hauteur de 480 millions de FCFA par l’Union européenne (UE) et l’Association internationale des maires francophones (AIMF), cette opération  devait aboutir à la numérotation des parcelles à Libreville. En effet, plusieurs maisons n’ont toujours pas de numéro. Plus difficile encore, les numéros ne se suivent pas. Trop compliqué pour les taximen et même les résidents. De quoi susciter des interrogations sur le suivi de ce projet dont le bilan n’a jamais été fait.  

Un constat pour le moins accablant c’est l’abandon du projet par celle qui, à bout de bras l’avait porté. Nommée Premier ministre le 17 juillet 2020, de nombreux observateurs s’attendaient à ce que Rose Christiane Ossouka Raponda pèse de son poids pour achever ce chantier qu’elle n’a pas mené à terme durant son dernier mandat à la mairie de Libreville. 

 

Laissez votre commentaire

Mondjo Mouegahttp://gabonmediatime.com
Titulaire d'une Licence en droit, l'écriture et la lecture sont une passion que je mets au quotidien au profit des rédactions de Gabon Media Time depuis son lencement le 4 juillet 2016 et de GMTme depuis septembre 2019. Directeur des Rédactions et Rédacteur en chef de GMTme
Global Media Time Gif 2px
Bestheinfusion